Monde

Des millions s'envolent d'Afghanistan

Temps de lecture : 2 min

L'argent fuit l'Afghanistan par liasses, mais d'où viennent ces liasses, c'est un mystère, explique le Washington Post. Dans un pays où les Américains et les officiels afghans luttent pour comprendre le secteur financier, «souvent chaotique», le fait que plus d'un million milliard de dollars en cash, d'origine inconnue, sorte chaque année, suscite des inquiétudes. Et si l'argent était détourné des aides dispensées par la communauté internationale? Il pourrait aussi s'agir de l'argent de la drogue — l'Afghanistan a la culture d'opium la plus florissantre du monde.

Les Etats-Unis et les autorités afghanes s'efforcent aussi d'empêcher les flots d'argent de revenir ensuite dans le pays pour alimenter al-Qaïda et les Talibans. Des membres du Département du Trésor américain se rendaient à Kaboul ce mois-ci pour discuter de ces flots de liquide.

Si l'on ne sait pas d'où provient l'argent, sa destination la plus courante est connue: il s'en va vers Dubaï, où nombre de riches Afghans installent leur famille et leurs fonds. Là-bas, tant que l'argent est déclaré à l'aéroport, le transfert est légal.

[Lire l'article complet sur le Washington Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: argent en Afghanistan, REUTERS/Desmond Boylan

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters