Monde

L'histoire du bébé de 4 mois séparé de ses parents par l'administration Trump

Temps de lecture : 2 min

Le New York Times a retrouvé le plus jeune enfant isolé de sa famille à la frontière mexicaine.

Une mère porte son bébé dans un camp à Tijuana, au Mexique, près de la frontière américaine, le 28 novembre 2018. | Pedro Pardo / AFP
Une mère porte son bébé dans un camp à Tijuana, au Mexique, près de la frontière américaine, le 28 novembre 2018. | Pedro Pardo / AFP

En mai 2018, l'administration de Donald Trump a publiquement reconnu avoir mis en place une politique de séparation des familles à la frontière avec le Mexique. Cela faisait près d'un an que ces nouvelles règles avaient été mises en œuvre, dans le but de dissuader les familles de migrant·es de venir aux États-Unis.

Les séparations ont officiellement été arrêtées à la fin juin 2018, mais des milliers d'enfants avaient déjà été séparés de leurs familles. Les adultes étaient placé·es en détention dans l'attente de leur procès et les enfants envoyé·es soit dans des centres de rétention pour mineur·es, soit dans des familles d'accueil.

En examinant les bases de données gouvernementales, la journaliste du New York Times Caitlin Dickerson a identifié l'enfant le plus jeune à avoir été séparé de sa famille dans ces circonstances. Il s'agit de Constantin Mutu, un bébé roumain qui n'avait que quatre mois quand il a été placé dans une famille d'accueil, tandis que son père était en détention.

L'histoire de ce bébé souligne l'inhumanité de la politique de séparation mise en place par le gouvernement Trump.

Cinq mois en famille d'accueil

Les parents de Constantin, qui sont Roms, avaient quitté leur village de Roumanie dans l'espoir d'une vie meilleure aux États-Unis; beaucoup d'autres membres de la localité avaient fait le voyage. La famille Mutu pensait pouvoir obtenir l'asile en raison des persécutions anti-Roms dans leurs pays.

D'abord passés par le Mexique, Constantin et son père ont été arrêtés à la frontière américaine. La mère du bébé et son autre fils étaient restés au Mexique, avant de repartir en Roumanie.

Constantin a été envoyé dans une famille d'accueil dans le Michigan, loin de la frontière. Après deux mois de détention, son père a été expulsé; les agents lui avaient dit que son fils reviendrait avec lui, mais il n'était pas là.

En tout, Constantin est resté cinq mois dans sa famille d'accueil, qui a communiqué avec les Mutu via Skype pour qu'ils puissent rester en contact avec leur fils.

En juin 2018, la mère de la famille d'accueil a présenté le nourrisson au tribunal, où il a été convenu que Constantin retournerait en Roumanie. L'avocat représentant le gouvernement a tenté de convaincre le juge que les frais de voyage devraient être payés par la famille Mutu, mais le juge ne l'a pas écouté.

Après cinq mois, Constantin s'était attaché à sa famille d'accueil; il a eu beaucoup de mal à s'adapter à sa nouvelle vie avec ses parents en Roumanie. Le New York Times souligne que le bébé semble avoir développé un retard de langage –à l'âge de dix-huit mois, il ne dit aucun mot.

Quant à l'assistante sociale qui avait placé Constantin dans une famille d'accueil, comme nombre d'autres mineur·es, elle a depuis démissionné: son travail était devenu émotionnellement trop difficile.

Slate.fr

Newsletters

En Croatie, des manifestations dénoncent la libération de cinq hommes suspectés de viol

En Croatie, des manifestations dénoncent la libération de cinq hommes suspectés de viol

Des marches de contestation sont prévues ce samedi dans plusieurs villes croates.

La Chine a interdit l'exportation de vêtements noirs vers Hong Kong

La Chine a interdit l'exportation de vêtements noirs vers Hong Kong

De nombreux manifestants de l'ancienne colonie britannique arborent cette couleur pour protester contre le régime de Pékin.

Un employé licencié pour avoir répété l'insulte raciste dont il faisait l'objet

Un employé licencié pour avoir répété l'insulte raciste dont il faisait l'objet

Un lycéen américain a traité un agent de sécurité de «nègre», et ce dernier lui a rétorqué de ne pas l'appeler ainsi. Il a été licencié pour avoir utilisé ce mot interdit par le lycée.

Newsletters