Sciences

On fumait déjà du cannabis il y a 2.500 ans

Temps de lecture : 2 min

Des traces ont été retrouvées sur d'anciennes tombes chinoises.

Ces traces de drogue ont été retrouvées dans un cimetière chinois construit au Ve siècle avant notre ère. | Get Budding via Unsplash
Ces traces de drogue ont été retrouvées dans un cimetière chinois construit au Ve siècle avant notre ère. | Get Budding via Unsplash

Des fouilles archéologiques sont à l'origine de cette découverte. Dans le massif du Pamir près de l'Himalaya, des traces de cannabis ont été identifiées, selon un article publié dans la revue Science Advances.

Une équipe de recherche chinoise a pu constater que ces échantillons de tétrahydrocannabinol (THC) –le produit chimique psychoactif de la marijuana– reposaient dans dix brûleurs d'encens en bois dans le cimetière de Jirzankal, à l'extrême ouest de la Chine. Situé à 3.000 mètres d'altitude, ce champ du repos a été bâti au Ve siècle avant J.-C.

Pour l'heure, les scientifiques savent peu de choses sur la façon dont les populations ont commencé à cultiver les plantes de cannabis pour ses propriétés psychoactives. Toutefois, ils pensent avoir déterminé le chemin parcouru par cette substance pour arriver dans l'empire du Milieu, avant de devenir la drogue la plus consommée à travers le monde.

La route de la soie

Cultivées en Asie de l'est pour ses graines alimentaires et ses fibres textiles, les plantes de cannabis font partie du quotidien des populations de ce vaste territoire depuis au moins 4.000 ans avant notre ère.

Les chercheurs de l'Académie chinoise des sciences et de l'institut Max Planck pensent que le cannabis s'est probablement répandu via des routes commerciales comme la route de la soie. «Les premières routes commerciales telles que la route de la soie ressemblaient davantage aux rayons d'une roue, plaçant ainsi l'Asie centrale au cœur du réseau d'échanges», explique Robert Spengler, chercheur en archéobotanique et coauteur de l'étude auprès de The Independent.

Cependant, il reste encore difficile pour les scientifiques de déterminer si les personnes enterrées à Jirzankal ont activement cultivé du cannabis ou non. Certains des squelettes récupérés sur le site présentaient des caractéristiques similaires à celles de peuples contemporains situés à l'ouest de l'Asie centrale et des études sur les os humains ont montré que toutes les personnes enterrées là-bas n'ont pas grandi dans la région. Le mystère reste donc pour le moment entier.

Newsletters

Les hommes PDG sont mieux payés lorsqu'ils ont des voix profondes et viriles, selon une étude

Les hommes PDG sont mieux payés lorsqu'ils ont des voix profondes et viriles, selon une étude

Les chercheurs ont utilisé une mesure de résonance qui ne varie pas avec l'âge ou les coachings vocaux.

Un phénomène annonciateur d'une extinction de masse est en train de prendre de l'ampleur

Un phénomène annonciateur d'une extinction de masse est en train de prendre de l'ampleur

La prolifération microbienne toxique a prospéré juste avant la fin du Permien-Trias. On la retrouve aujourd'hui au bord de nos cours d'eau.

Les loutres de mer, héroïnes du changement climatique

Les loutres de mer, héroïnes du changement climatique

Le mammifère aux pattes palmées est essentiel à l'équilibre de son environnement.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio