Santé / Sciences

Peut-on (vraiment) recycler toutes les matières plastiques?

Temps de lecture : 5 min

Les technologies de tri industrielles ne permettent pas de séparer tous les éléments présents dans les résidus de broyage.

La quantité de déchets à traiter n’a cessé de croître pour atteindre, en 2014, 25,8 millions de tonnes en Europe. | Hans / Pixabay
La quantité de déchets à traiter n’a cessé de croître pour atteindre, en 2014, 25,8 millions de tonnes en Europe. | Hans / Pixabay

Ils sont présents partout: dans les jeux pour enfant, les produits électroménagers, les emballages alimentaires… On a produit 311 millions de tonnes de plastiques dans le monde en 2014, dont 59 en Europe. D'un point de vue technique et économique, ils sont devenus incontournables pour la fabrication des produits de consommation. Mais ils n'ont pas très bonne presse.

Côté utilisation, ils peuvent représenter des sources de toxicité pour la santé (on pense, par exemple, au bisphénol A ou BPA dans les produits pour bébé). Côté déchets, on constate ces dernières années une pollution croissante des océans par le déversement de déchets plastiques non traités (environ 2 à 5% de la production mondiale des plastiques). À ces pollutions s'ajoute la question de la disponibilité de la ressource et du changement climatique: les plastiques sont formulés à partir du pétrole, une ressource fossile dont les réserves s'épuisent et dont la consommation mondiale est en partie responsable de l'aggravation de l'effet de serre.

La quantité de déchets à traiter n'a cessé de croître pour atteindre, en 2014, 25,8 millions de tonnes en Europe, selon PlasticsEurope. Quelle que soit la phase de leur cycle de vie, leur utilisation nous confronte à des enjeux environnementaux, sociétaux, techniques et économiques auxquels s'ajoutent des enjeux réglementaires pour les industriels de la filière. Pour répondre à tous ces enjeux, le recyclage constitue une solution efficace. Seulement, nous recyclons encore trop peu ces matières.

Philippe Germa, directeur général de WWF France, évoque la pollution des océans par le plastique.

Des situations très différentes en Europe

Le recyclage recouvre l'ensemble des procédés physiques (refonte du matériau) ou chimiques (retour au monomère d'origine pour les plastiques) permettant de transformer une matière en fin de vie pour qu'elle soit réutilisable dans la production de nouveaux produits.

Selon une étude de PlasticsEurope, le taux de recyclage des matières plastiques dans l'Europe des vingt-huit (plus la Norvège et la Suisse) s'élève à 29,7% et la valorisation énergétique (qui correspond à l'incinération de déchets avec récupération d'énergie) à 39,5%. Ces vingt dernières années, on constate une augmentation de la part de plastiques destinés au recyclage, mais ce taux est loin d'être suffisant.

Les emballages représentent 40% des plastiques recyclés pour l'Allemagne contre 26% pour la France.

Il existe de grandes disparités entre les pays. En France, par exemple, le taux de recyclage est de l'ordre de 22% et la valorisation énergétique de 42%, contre 38% et 60% en Allemagne. Cette différence s'explique notamment par l'interdiction depuis 2005 outre-Rhin de mettre en décharge tout produit à fort pouvoir calorifique.

Les emballages représentent les principaux déchets plastiques recyclés –à hauteur de 40% pour l'Allemagne, 26% pour la France et 36% au Royaume-Uni. Ce sont des produits à courte durée de vie, généralement monomatière et soumis à une réglementation sur la responsabilité élargie des entreprises qui les produisent. Pour des produits plus complexes et à plus longue durée de vie, comme les voitures ou le gros électroménager, ce taux varie entre 8 et 15% en fonction de la source et du périmètre de calcul (le taux pouvant être calculé à partir de la quantité de déchets plastiques arrivant en fin de vie ou bien à partir de la quantité de plastique collectée). Il reste ainsi une grande marge de progression dans le traitement des matières plastiques.

Bilan de la valorisation des matières plastiques en Europe de 1995 à 2014. Graphique établi à partir des données de PlasticsEurope. Pour l'Europe des vingt-huit+N/CH en 2014.

Les freins au recyclage

Ces faibles taux s'expliquent par la très grande variété de matières plastiques, majoritairement incompatibles entre elles à cause de leur structure chimique. Un produit complexe et multimatériau tel qu'un véhicule hors d'usage (VHU) sera broyé au moment de son traitement en fin de vie. Ce qui impose ensuite de trier les matériaux pour pouvoir les recycler.

Actuellement, les technologies de tri industrielles ne permettent pas de séparer tous les types de matières plastiques contenues dans les résidus de broyage. Plus la diversité des matières est grande, plus le tri est complexe. Les plastiques obtenus après cette opération ne sont pas purs pour autant: des polluant demeurent, ce qui limite les possibilités de réutiliser ces matières.

En 2010, le taux d'utilisation de matières plastiques recyclées a été inférieur à 10%.

Les «gisements» de matières plastiques –la quantité de matières en fin de vie– sont en outre diffus et dispersés, car présents en faible quantité dans de nombreux produits hétérogènes. L'accès aux matières s'en trouve limité ce qui freine leur collecte. Les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) sont aussi très diversifiés (du réfrigérateur au smartphone), de composition très variée (30% de plastiques en moyenne dans les DEEE, 5% dans une tablette), avec des matières plastiques parfois difficilement accessibles, car non démontables.

La densité de ces substances est également faible: si l'on ne peut concentrer les gisements, les coûts de collecte deviennent trop élevés. Le marché de la matière recyclée a en outre du mal à trouver sa place: en 2010, le taux d'utilisation de matières plastiques recyclées a été inférieur à 10%, note l'Alliance chimie recyclage (Ademe).

Sur l'ensemble des plastiques utilisés, les procédés industriels concernent principalement le PET, le PE et le PP (résines utilisées en plus grande quantité dans la production d'emballages) qui bénéficient des filières de recyclage les plus développées. Une étude sur la chaîne de valeur du recyclage des plastiques conduite par l'Ademe et le ministère de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique a également mis en évidence un manque de retour économique le long de la chaîne. Les recycleurs sont majoritairement de petites entreprises traitant de faibles volumes, ce qui ne facilite pas la possibilité d'atteindre une activité économique viable. Ceci s'explique notamment par la difficulté de capter des gisements et de disposer d'une qualité constante. Enfin, les prix des résines recyclées sont directement impactés par les variations du prix du pétrole.

Des initiatives à développer

Le développement du recyclage des plastiques passe par une prise de conscience des enjeux liés à la gestion des déchets en fin de vie. L'étude conjointe citée plus haut a permis d'identifier des axes d'actions sur la maîtrise du gisement, l'offre et la demande ainsi que l'organisation de la filière (comme, par exemple, établir une meilleure connaissance des flux, favoriser le recyclage en limitant l'enfouissement…).

Dans le cadre de récentes recherches, l'équipe des Arts et Métiers avec laquelle travaille l'autrice de cet article a développé un outil de modélisation des filières de recyclage. Il a permis d'identifier les actions à mettre en place, telles que mettre à disposition des acteurs de la filière et des producteurs, des informations sur les différents canaux de recyclage et leurs capacités de traitement. L'objectif étant d'aider aux interactions entre les divers acteurs au moment même de la conception des produits pour les rendre plus facilement valorisables en fin de vie.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Carole Charbuillet

Newsletters

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Des scientifiques vont l'observer pour la première fois.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Nombreuses sont celles qui, dans un contexte sexuel, vont tout faire pour cacher les sécrétions qui tapissent leurs sous-vêtements. Ce geste n'est pas sans conséquence.

Newsletters