Égalités / Société

Quand des penseurs américains expliquaient que le vote ne concernait pas les femmes

Temps de lecture : 2 min

Dans les années 1900, des plumes comme Clark, Rogers ou Abbott écrivaient que les femmes étaient trop ignorantes pour pouvoir prendre part à la vie politique.

Une bonne mère a déjà tant de choses à faire. | ArtsyBee via PIxabay
Une bonne mère a déjà tant de choses à faire. | ArtsyBee via PIxabay

Le droit de vote des femmes est entré dans la loi américaine au moment de la ratification du XIXe amendement, en 1920. Au cours des années précédentes, bon nombre de penseurs expliquaient, avec des arguments tous plus fantastiques les uns que les autres, que le droit de vote des femmes et leurs devoirs inhérents en tant que mères ne pouvaient tout simplement pas coexister.

Elle étaient déjà bien occupées

Il n'y a qu'à lire les douces lignes de l'essayiste Charles Worcester Clark dans «Woman Suffrage, Pro and Con» [Le droit de vote des femmes, les pour et les contre] pour s'en faire une idée: «L'homme moyen comprend la différence entre les fonctions du gouvernement national et celles des gouvernements des États, et sait quel rôle, le candidat pour lequel il vote, devra jouer s'il est élu. La femme moyenne ne sait rien de tout cela.»

Mais attention, ce n'est pas grave puisqu'il ajoute: «Cette ignorance ne la discrédite par pour autant, car elle a déjà assez à faire. Mais elle existe.» Alors voilà, c'est assez simple, mais efficace. Les femmes n'ont pas le temps pour réfléchir à tout ça, donc on ne voit pas pourquoi elles voteraient.

Elles avaient déjà assez de pouvoir

Continuons d'écouter les grandes plumes de l'époque. Une autrice cette fois-ci, Anna A. Rogers, dans un article nommé «Why Amercan Mothers Fail» [Pourquoi les mères américaines échouent]: «Les femmes américaines ne cessent de pleurer sur la petitesse de leur vie. Mais si elles ne faisaient qu'accomplir avec passion et sagesse les tâches qui leur sont confiées, elles auraient entre leurs mains tout le pouvoir possible de l'humanité», écrit-t-elle, avant d'affirmer que «les femmes sont tracassées par le droit de vote. Elles ne voient pas que le vote de leur fils, de leur frère, et même de leur ami, est vraiment le leur».

En gros, pas besoin de leur donner le droit de vote puisque leurs hommes votent pour elles. Il leur suffirait d'influencer ces hommes pour exprimer leur voix.

Elles étaient trop conciliantes

Et bien évidemment, l'argument le plus connu: les femmes seraient trop sentimentales, elles éprouveraient trop de compassion pour participer aux débats publics. Le théologien et auteur Lyman Abbott écrivait ainsi dans «Why Women Do Not Wish the Suffrage» [Pourquoi les femmes ne souhaitent pas le droit de vote] que «les femmes fuient la politique, exactement comme elles fuient la rencontre de volontés opposées sur un champ de bataille. La femme répugne à commander. Elle ne veut pas imposer sa volonté à la communauté. Et pourtant, c'est exactement ce que le suffrage peut et doit parfois impliquer».

Alors bien sûr, on peut rire de ces textes présentant des idées qui nous semblent aujourd'hui désuettes. Pourtant, encore aujourd'hui, ce sont majoritairement des hommes –politiques et grands patrons– qui continuent de prendre les décisions concernant les droits des femmes. Espérons que l'histoire laissera de côté les hommes, quand une décision les concerne elles.

Newsletters

Langage inclusif: est-ce vraiment si dur?

Langage inclusif: est-ce vraiment si dur?

[TRIBUNE] Les personnes qui repoussent les ressources égalitaires dont notre langue est porteuse et auxquelles nos ancêtres ont eu recours devraient sérieusement réfléchir à ce qui motive leur refus.

Une chaîne de télé américaine censure une pub où deux femmes se marient

Une chaîne de télé américaine censure une pub où deux femmes se marient

La chaîne Hallmark a pris cette décision après la pression d’une association conservatrice nommée «Un million de mamans».

Ces séries et films faits par des femmes méritaient une place aux Golden Globes

Ces séries et films faits par des femmes méritaient une place aux Golden Globes

Aucune réalisatrice n'est nommée. Aucune scénariste non plus. Les femmes sont encore une fois les grandes absentes des Golden Globes 2020, et c'est une injustice évidente.

Newsletters