Monde

En Italie, une commune où la crèche est réservée aux chrétiens

Temps de lecture : 2 min

Le conseil communal de la commune de Goito, dans le nord de l'Italie, a approuvé une loi qui résèrve l'accès à la crèche publique aux enfants qui viennent de familles qui acceptent «l'idée chrétienne de la vie.» Le conseil de cette commune Lombarde de 10.000 habitants justifie cette mesure par le fait que «la crèche a toujours été gérée selon des critères inspirés du christiannisme.»

Le site Internet du quotidien l'Unità rappelle les principes de la constitution italienne violés par cette mesure, qu'il qualifie de «racisme institutionnel»: «Notre constitution interdit la discrimination fondée sur la religion (article 3) et garantit à tous, sans distinction, l'accès à l'éducation publique (articles 33 et 34).

Le journal rappelle aussi que la loi sur l'immigration définit comme discriminatoire tout comportement impliquant «une distinction, exclusion ou préférence fondée sur ... les convictions et pratiques religieuses» et que la loi  Mancini de 1993 punit de trois ans d'emprisonnement quiconque commet «des actes de discrimination sur des critères ... religieux ».

[Lire l'article complet sur unita.it]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Alex Bührmann, Flickr, CC

Newsletters

Pendant le confinement, les Britanniques ont passé 40% de leur temps éveillé devant un écran

Pendant le confinement, les Britanniques ont passé 40% de leur temps éveillé devant un écran

Outre-Manche, 12 millions de personnes se sont inscrites à un service de streaming dans les premiers mois de la pandémie.

Aux États-Unis, l'espérance de vie dépend de la politique des États

Aux États-Unis, l'espérance de vie dépend de la politique des États

La couleur progressiste ou conservatrice de leur gouvernement local aurait une influence sur la santé des Américain·es.

Un citoyen chinois condamné à tort libéré après vingt-sept ans de prison

Un citoyen chinois condamné à tort libéré après vingt-sept ans de prison

Le cas de Zhang Yuhuan, incarcéré pour homicides volontaires malgré son innocence, est loin d'être isolé en Chine.

Newsletters