Politique

À Atlanta, la destitution de Trump n’est pas la priorité des démocrates

Temps de lecture : 2 min

L’accès à l’avortement est l’inquiétude principale des démocrates de Georgie.

Joe Biden intervenait au I Will Vote Gala. | Dustin Chambers / AFP
Joe Biden intervenait au I Will Vote Gala. | Dustin Chambers / AFP

L’une des principales lignes de division qui traverse les candidats à la primaire démocrate en vue des élections présidentielles de l’année prochaine est la destitution de Donald Trump. Avec les soupçons de corruption et de trahison qui flottent au dessus de la tête du 45ème président des États-Unis, l’idée leur trotte dans la tête depuis le début de son mandat.

Elle est soudain devenue concrète lorsque les démocrates ont mis la main sur la Chambre des représentants début 2019. Les candidats à la primaire ont donc dû prendre position sur la question.

Parmi les plus proéminents, Elizabeth Warren et Beto O’Rourke ont affirmé être en faveur de l’impeachment, tout comme Bernie Sanders, l’adversaire de Hillary Clinton à la dernière primaire.

De l’autre coté, Joe Biden, l’ex-vice président de Barrack Obama s’est déclaré en défaveur d’une procédure de destitution, estimant que ce serait une «gigantesque distraction» par rapport aux autres sujets sur lesquels les démocrates devraient se concentrer.

Récemment s’est tenu une date importante pour le parti démocrate, le «I will vote Gala», une importante soirée de levée de fonds et l'occasion de prendre le pouls des préocupations démocrates. Le gala s’est tenu à Atlanta, la capitale de l’état de Georgie, dans laquelle a été récemment votée une loi particulièrement restrictive sur l’avortement.

Droit de femmes, IVG et accès au vote

Dans cette ville à majorité afro-américaine, l’impeachment était loin de dominer le débat. Ce sont des sujets plus conventionnels qui intéresseraient la quasi-totalité des personnes interrogées par le Guardian, présent au gala.

Le coeur des préoccupations était unanimement les droits des femmes, sévèrement mis en danger par la loi sur l’avortement récemment signée par Brian Kemp, le gouverneur de Georgie, qui se distingue par la lourdeur des peines encourues.

Les autres sujets qui se sont détachés étaient le droit de vote, qui avait été rendu difficile pour des milliers d’afro-américains dans ce même état, ainsi que l’accès à une couverture santé. Autant de sujets sur lesquels le parti démocrate est traditionnellement attendu.

La destitution de ce président moins traditionnel reste un sujet abordé mais que peu considèrent comme central. Rares sont ceux qui y sont fermement opposés, mais cela n’en fait pas pour autant un argument pour choisir son favori à la primaire. Et d’ailleurs, aucun des intervenants (dont Biden et O’Rourke) n’y ont fait allusion.

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi la France n'a pas le droit de laisser les Français de Daech être condamnés à mort

Pourquoi la France n'a pas le droit de laisser les Français de Daech être condamnés à mort

[Tribune] Les combattants qui ont rejoint l'Irak devraient être jugés en tant que tels à l'aune du droit international et non en qualité de terroristes ou de criminels de guerre.

À 10 ans, un enfant de djihadiste peut être «dangereux», estime Thierry Mariani

À 10 ans, un enfant de djihadiste peut être «dangereux», estime Thierry Mariani

Invité dans l'émission «L'Instant politique» sur France Info, l'eurodéputé RN s'inquiète du retour en France des enfants de djihadistes.

Hong Kong parviendra-t-elle à résister au pouvoir de la Chine?

Hong Kong parviendra-t-elle à résister au pouvoir de la Chine?

La cité-État est un refuge pour les détracteurs de la politique chinoise, un rôle qui pourrait être mis à mal par la loi d'extradition.

Newsletters