Monde

Rome en guerre contre les touristes mal élevés

Temps de lecture : 2 min

La ville va proclamer toute une liste de nouvelles règles à l'adresse des touristes.

Un policier surveille la fontaine de Trévi en 2013. | Alberto Pizzoli / AFP
Un policier surveille la fontaine de Trévi en 2013. | Alberto Pizzoli / AFP

Entre le Colisée, la fontaine de Trévi et le Vatican, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi Rome attire chaque année des millions de touristes. Mais cette popularité apporte aussi son lot d’incivilités.

La capitale italienne a donc décidé d’imiter Venise et de sévir contre les touristes qui ne savent pas se tenir. Sa maire Virginia Raggi a pris l’initiative de remettre au goût du jour la liste des régulations qui datait jusqu’alors de 1946.

Certaines règles imposent de simples bonnes manières qui devraient être respectées urbi et orbi: les hommes n’auront plus le droit d’arpenter les rues torse nu. Il est aussi interdit de se baigner dans les quelques 2000 fontaines qui ornent la ville éternelle.

D’autres règles sont plus spécifiques. Alors qu’on peut trouver pizza et gelati à tous les coins de rues, déguster de la nourriture salissante autour des attractions touristiques pourra vous valoir une amende, voir une exclusion du périmètre.

Même tarif si vous collez votre bouche aux fontaines à eau plutôt que de boire à l’italienne (en bouchant le robinet de la main pour faire sortir le jet par le trou positionné au-dessus). Les «cadenas de l’amour» sont aussi prohibés.

Les romain·es aussi concerné·es

Ceci dit, les nouvelles règles ne s’adressent pas qu’aux touristes mais aussi aux locaux. Les hommes déguisés en centurion qui demandent de l’argent pour des photos avec eux devront déguerpir des zones touristiques. Les ventes de tickets coupe-file pour les musées et monuments sont aussi prohibées.

Certaines nouvelles régulations vont probablement déplaire aux romain·es qui ne veulent pas que leur ville se transforme en musée. Notamment l’interdiction de suspendre son linge sur des fils tendus entre deux immeubles.

Les nouvelles régulations interdisent aussi les musiciens dans les transports en commun, ce qui devrait toucher en particulier la communauté gitane de Rome.

Virginia Raggi estime que «Rome est et sera toujours accueillante, mais ça ne veut pas dire tolérer les mauvais comportements qui endommagent notre ville» et encourage les ambassades à informer leurs compatriotes.

Newsletters

Le calvaire d’une journaliste philippine en dit long sur l'état démocratique du pays asiatique

Le calvaire d’une journaliste philippine en dit long sur l'état démocratique du pays asiatique

L’expérimentée Maria Ressa est une cible dans le pays d’Asie du Sud-Est. Elle est visée par dix mandats d’arrêt et est victime de torrents de haine misogyne et de menaces de viol ou de mort.

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’Union américaine pour les libertés civiles accusée de «racisme systémique»

L’ACLU défend les droits de l’homme aux USA et ses actions ont parfois changé le droit constitutionnel américain. Mais un ancien directeur clame avoir été licencié pour avoir dénoncé le racisme interne dans l’organisation.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 5 au 11 juin 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 5 au 11 juin 2021

Victoire de la judokate Clarisse Agbegnenou aux Championnats du monde, sécheresse en Californie et émoi après la découverte des ossements de 215 enfants autochtones au Canada... La semaine du 5 au 11 juin 2021 en images.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio