Sciences

Les pieuvres, nouveaux rats de laboratoire

Temps de lecture : 2 min

Des scientifiques américains s'intéressent de près à ces animaux marins hors du commun.

Une pieuvre | Elias Levy via Flickr CC License by
Une pieuvre | Elias Levy via Flickr CC License by

Pendant des années, les scientifiques ont concentré une majorité de leurs études aux souris, mouches, et autres vers... et ont donc «négligé une grande partie du règne animal, et particulièrement de ses habitants les plus exotiques», souligne dans un récent article la National Public Radio (NPR). C'est pourquoi, depuis deux ans, le Laboratoire de Biologie Marine de Woods Hole, dans le Massachusetts, a commencé à élever des pieuvres. Celles-ci sont leurs nouveaux rats de laboratoire.

Pourquoi des pieuvres? «Pour étudier leurs gènes, et comprendre les secrets de leur comportement étrange, presque extra-terrestre», résume NPR. «Les céphalopodes ont des cerveaux magnifiques, fantastiques, et élaborés», justifie encore Carrie Albertin, qui travaille au laboratoire. Étudier leurs gènes, c'est comprendre aussi leurs facultés particulières à «changer de couleur, faire repousser leurs tentacules, ou se déplacer dans l'eau grâce à des jets de propulsion.»

Questions éthiques

La manipulation de ces animaux pose cependant des problèmes éthiques inédites: «Nous nous sentons vraiment très concernés par les questions éthiques qui touchent à ces créatures, et notamment parce que ces questions ne sont pas régulées au niveau fédéral», constate le biologiste Josh Rosenthal. NPR rappelle en effet que «les règles de bien-être animal pour la recherche scientifique ne s'appliquent pas aux animaux invertébrés».

Avec toutes les précautions qui s'imposent, les scientifiques du laboratoire tentent donc de percer les mystères de ces animaux à tentacules. En se focalisant sur les rats de laboratoire, les scientifiques sont, pendant des années, «passés à côté de la diversité de solutions biologiques à de nombreux problèmes», estime Josh Rosenthal.

Slate.fr

Newsletters

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Le scientifique pakistanais a contribué à la découverte majeure du boson de Higgs. Mais dans son pays d'origine, rares sont les personnes qui lui rendent hommage.

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

En étudiant l'ADN de plus de quatre millions d'individus, des scientifiques découvrent que de nombreuses personnes vivent avec des anomalies chromosomiques non détectées.

Antarctique, la fin du miracle français?

Antarctique, la fin du miracle français?

Alors que la course au pôle Sud bat son plein, la politique française appliquée dans la zone stagne dangereusement.

Newsletters