Boire & manger / Santé

La malbouffe est-elle responsable d'allergies alimentaires?

Temps de lecture : 2 min

C'est en tout cas ce que laisse penser une récente étude italienne.

Qui veut un hot dog? | Clément127 via Flickr CC License by
Qui veut un hot dog? | Clément127 via Flickr CC License by

Environ 240 millions de personnes dans le monde souffriraient d'allergies alimentaires, estime l'Organisation mondiale de l'allergie. Noix, gluten, lait de vache, soja... Les allergènes sont multiples, tout comme leurs causes. Une récente étude italienne vient peut-être d'ailleurs d'en identifier une nouvelle: la malbouffe.

Les travaux de Roberto Berni Canani, de l'Université de Naples, tendent en effet à montrer que ce que les anglo-saxons appellent la «junk food», pourrait bien être à l'origine de certaines allergies. Le Guardian rapporte que le chercheur a notamment étudié le taux de produits de glycation avancés, ou AGE, chez des enfants. Ces substances naissent à la suite d'une réaction entre les sucres d'une part, et les lipides et les protéines d'autre part. S'ils sont naturellement présents dans notre organisme, ils proviennent aussi de ce que nous mangeons, et notamment des aliments transformés.

Dans son étude, Roberto Berni Canani a relevé des taux d'AEG plus élevés chez les enfants présentant des allergies alimentaires. Et il se trouve que ces mêmes enfants consomment davantage de produits contenant de forts taux d'AEG que les autres. «Ils mangent beaucoup de snacks, de hamburgers, de frites... Beaucoup d'aliments indutriels remplis d'AEG», indique le chercheur. Beaucoup plus de «junk food», donc (entre 20 et 40 % de plus), que les enfants non allergiques.

Or, les AEG sont déjà connus pour interagir directement sur les cellules immunitaires, et sur la barrière intestinale. Des études ont déjà montré que des taux élevés de ces produits dans notre organisme entraîne des diabètes, ou encore des maladies rénales. Alors pourquoi pas des allergies?

«Une théorie intéressante»

Cependant, le Guardian reste prudent: l'étude de Roberto Berni Canani a été menée à tès petite échelle, sur une soixantaine d'enfants. John Warner, professeur en pédiatrie au Collège Impérial de Londres, rappelle au quotidien britannique que les allergies ont de multiples causes, qui peuvent expliquer les résultats de l'étude italienne. Il remarque que «ces enfants, consommateurs de malbouffe, sont moins susceptibles que les autres de suivre un régime méditerranéen, riche en fruits frais, en légumes et en poisson; un régime justement connu pour réduire les risques d'allergies». Autres facteurs de risques auxquels ces enfants peuvent être exposés, selon le professeur: «le tabac, ou d'autres polluants».

De la même manière, son collègue Andrew Clark, consultant en pédiatrie à l'hôpital d'Addenbrooke, estime que des recherches complémentaires sont nécessaires, mais reconnaît toutefois que cette étude «soulève une théorie intéressante».

Slate.fr

Newsletters

Venise se rebiffe contre le tourisme de masse

Venise se rebiffe contre le tourisme de masse

Le maire de la cité des Doges, Luigi Brugnaro, entend mettre un terme à l'invasion de sa ville. Il ne reste peut-être que peu de temps pour profiter des meilleures tables vénitiennes à tout moment.

La vraie recette du rhum arrangé

La vraie recette du rhum arrangé

Et si vous profitiez des vacances pour réaliser vos propres recettes de ce rhum amélioré de fruits, d'épices ou d'herbes aromatiques? Ça changera de l'atelier poterie.

Cuisinée à la milanaise, l'aubergine a la frite

Cuisinée à la milanaise, l'aubergine a la frite

C'est l'été, l'aubergine aussi a le droit de faire trempette. Avant de se faire croquer accompagnée de yaourt grec.

Newsletters