Sciences

Le dernier rempart pour protéger des grenouilles contre une maladie meurtrière est une île

Temps de lecture : 2 min

La Nouvelle-Guinée est le seul endroit où des champignons mortels n’ont pas proliféré.

La chytridiomycose est une maladie infectieuse responsable de la disparition de quatre-vingt-dix espèces de grenouilles. | Ken Goulding / Unsplash
La chytridiomycose est une maladie infectieuse responsable de la disparition de quatre-vingt-dix espèces de grenouilles. | Ken Goulding / Unsplash

Déjà à l'origine de la mort de quatre-vingt-dix espèces de grenouilles, ces champignons aquatiques appelés chytrides ont également entraîné le déclin de la population de cinq cents autres espèces. Selon un article publié dans la revue Frontiers in Ecology and the Environment, des scientifiques estiment que la Nouvelle-Guinée peut devenir le refuge de ces amphibiens contre la maladie.

Située au nord de l'Australie et à l'est de l'Indonésie, la plus grande île tropicale du monde n'est pas touchée par les chytrides, responsables de cette maladie infectieuse meurtrière appelée chytridiomycose. Elle concentre même à elle seule 6% de toutes les espèces de grenouilles connues de la planète.

Désastre à éviter

Si la Nouvelle-Guinée reste vierge de toute pandémie de champignons aquatiques, les principaux agents de propagation de la maladie pourraient infecter les grenouilles de l'île, indique l'article. L'équipe de recherche à l'origine du document met notamment en cause des réseaux de commerce d'animaux de compagnie exotiques situés à proximité, qui pourraient faciliter le développement de la maladie. Un scénario catastrophe qui mettrait en danger cents autres espèces, avertissent les scientifiques.

Au-delà de la survie de ces petits vertébrés, la perte sèche de grenouilles pourrait entraver le flux et la décomposition d'éléments nutritifs dans les écosystèmes et rendre incontrôlables des populations d'insectes. Pire encore, cela entraînerait probablement une perte de biodiversité dans une région du monde bien connue pour abriter une grande variété d'espèces, selon le compte-rendu.

Afin d'éviter ce drame, les scientifiques ont élaboré un plan détaillé pour protéger les grenouilles de Nouvelle-Guinée impliquant les autochtones. Mais pour qu'il fonctionne, l'équipe doit pouvoir surveiller ces tétrapodes. Parmi les méthodes employées, on note la création d'exclos qui, contrairement aux enclos, n'ont pas vocation à détenir des animaux mais à les empêcher de pénétrer dans l'espace clôturé pour éviter, par exemple, qu'ils mangent les végétaux qui s'y trouvent.

Slate.fr

Newsletters

Un alligator avec un couteau dans la tête se balade au Texas

Un alligator avec un couteau dans la tête se balade au Texas

Une agence de protection de la faune doit examiner l’animal.

Les îles peuvent-elles vraiment disparaître?

Les îles peuvent-elles vraiment disparaître?

Il ne faut pas confondre engloutissement et simple déplacement d'un banc de sable.

Que nous racontent les plantes quand on les écoute parler?

Que nous racontent les plantes quand on les écoute parler?

L'expression «faire la plante verte» n'a jamais été aussi peu appropriée.

Newsletters