Politique

Pour Guillaume Larrivé, les onze Français condamnés à mort en Irak doivent «assumer leur choix»

Temps de lecture : 2 min

Invité sur le plateau de «L'Instant politique» de France Info, le député LR de l'Yonne s'est montré hostile à une intervention du gouvernement en faveur des djihadistes.

«Ces ressortissants ont trahi la France et de ce fait, le gouvernement français n'a plus à se préoccuper de leur sort», estime le secrétaire général délégué de Les Républicains. | Capture d'écran / France Info
«Ces ressortissants ont trahi la France et de ce fait, le gouvernement français n'a plus à se préoccuper de leur sort», estime le secrétaire général délégué de Les Républicains. | Capture d'écran / France Info

Depuis le 26 mai, onze Français résidents ont été jugés et condamnés à mort par pendaison par la justice irakienne pour leur appartenance à l'organisation État Islamique (EI). L'État français souhaite intervenir pour que la peine capitale ne soit pas appliquée.

Invité sur le plateau de «L'Instant politique» de France Info, Guillaume Larrivé, député de l'Yonne et secrétaire général délégué de Les Républicains, s'est montré hostile à une possible intervention du gouvernement français. Pour lui «ces ressortissants ont trahi la France et de ce fait, le gouvernement français n'a plus à se préoccuper de leur sort». Il dénonce des personnes ayant «quitté la communauté nationale» en faisant le choix «de prendre les armes contre la France» au sein d'une organisation terroriste djihadiste. Guillaume Larrivé affirme que, pour lui, ces ressortissants «ne sont plus sous la protection française» et qu'ils doivent dorénavant «assumer leur choix».

Guillaume Larrivé a également réagi à la défaite de Les Républicains aux Européennes et au retrait de Laurent Wauquiez. Un retrait qu'il juge «courageux et élégant» et qui devrait permettre au parti, selon lui, «de retrouver une dimension collective».

Interrogé sur l'identité de la personne qui prendra la tête de Les Républicains, Guillaume Larrivé affirme «qu'il est encore tôt pour se prononcer» et que les membres du parti doivent d'abord «se rassembler autour d'un projet plutôt qu'autour d'une personne». Cependant, il n'a pas exclu de se présenter en tant que candidat et souhaite «être acteur de la reconstruction du parti».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France Info, tous les jours à 11h20

Newsletters

Bernie Sanders est-il le seul capable de battre Donald Trump?

Bernie Sanders est-il le seul capable de battre Donald Trump?

Aux États-Unis, nous sommes à un moment clef de la campagne des primaires démocrates —un moment où les choses sont peut-être en train de s’éclaircir. De fait, le candidat radical Bernie Sanders est arrivé en tête dans les trois États qui ont...

Que se passerait-il si Emmanuel Macron était infecté par le coronavirus?

Que se passerait-il si Emmanuel Macron était infecté par le coronavirus?

L'épidémie se répand à travers le monde et touche jusqu'au vice-ministre de la Santé iranien.

Aux origines de l'affaire Griveaux, la culture russe du «kompromat»

Aux origines de l'affaire Griveaux, la culture russe du «kompromat»

En Russie, la récupération de vidéos à caractère sexuel est utilisée pour faire chanter ou discréditer les personnalités politiques et économiques depuis les années 1930.

Newsletters