Société

«Deux jours après notre rupture, je me rends compte qu'elle s'est remise avec son ex»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Stéphanie, une jeune femme qui vivait une belle histoire d'amour jusqu'à ce que l'ex de sa petite amie débarque.

«Connaissant son passé, j'aurais dû rester sur mes gardes.» | Bertram Nudelbach via Flickr
«Connaissant son passé, j'aurais dû rester sur mes gardes.» | Bertram Nudelbach via Flickr

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Je m'appelle Stéphanie, j'ai 27 ans. Je fais appel à vous aujourd'hui pour vous demander conseil par rapport à ma situation. Il y a deux ans, lors d'une soirée chez ma cousine, je rencontre une femme, Elsa, avec qui le courant passe très bien. On discute des jours entiers par SMS, on apprend à se connaître, on se charrie.

Au bout d'un mois on décide de se voir. Je viens d'acheter une maison que je rénove, elle passe beaucoup de temps avec moi. Elle a 30 ans à l'époque, est en couple avec une personne depuis trois ans. Mais son couple va mal. Je précise qu'il ne se passe rien entre nous à ce moment-là, nous sommes très proches mais cela s'arrête là. Bien avant de me connaître, elle l'avait déjà trompée trois fois au cours de leur relation. Jusqu'au jour où elle décide de la quitter pour moi.

Pendant les travaux de ma maison, elle me propose de rester chez elle. Une année super: on part en vacances ensemble, sa famille m'apprécie, la mienne aussi. On fait des projets, nous envisageons d'emménager chez moi une fois les travaux terminés.

Seulement voilà, son ex a refait surface dans sa vie. Je la sens déstabilisée, distante. Je lui propose alors de retourner chez moi, pour la laisser respirer. Elle refuse. Deux semaines après, elle me quitte brutalement. Nous serons restées un an ensemble... Son explication: c'est allé trop vite entre nous. Mais je ne suis pas dupe et deux jours après seulement je me rends compte qu'elle s'est remise avec son ex. À ce moment-là, en colère, je lui dis des choses désagréables. Depuis, je n'ai plus aucune nouvelle, aucun signe de vie en plus d'un an. Je lui ai envoyé un mail pour m'excuser pour mes paroles. Je n'ai jamais eu de réponse.

Ma question est la suivante: comment arrêter de culpabiliser? Car je m'en veux énormément de lui avoir fait confiance alors que connaissant son passé, j'aurais dû rester sur mes gardes. Je m'en veux de m'être fait avoir, je m'en veux de l'aimer encore, presque deux ans après notre rupture...

Stéphanie

Chère Stéphanie,

Je crois qu'en amour, il ne faut pas rester sur ses gardes. Je m'explique: certaines personnes sont toxiques et méritent qu'on s'en protège. Mais pour les autres, s'engager dans une relation amoureuse impose de totalement s'y consacrer. On ne peut pas aimer quelqu'un et décider de rester sur ses gardes parce que la personne a tel passé ou telle expérience. Ça me paraît impossible. En fait, tout le monde a le droit de quitter une relation pour une raison qui lui est propre. Même si c'est pour se remettre avec son ex. Et chacun et chacune a le droit de le prendre mal. Ce sont des choses qui arrivent. Elles arrivent très souvent.

On dit parfois des mots qui dépassent notre pensée, puis on s'excuse. Mais il est parfois trop tard. Il arrive que la personne en face n'ait plus l'attention ou la capacité de nous pardonner. Ça fait partie du jeu de demander pardon. Il n'est pas dit que l'on nous pardonne. Alors il faut vivre avec cette culpabilité, minimisée toutefois par le sentiment d'avoir fait ce qu'il fallait par la suite.

Vous ne vous êtes pas fait avoir. Vous avez cru à cette histoire et vous vous êtes engagée. La personne en face n'avait plus le désir de continuer, ça s'est arrêté là. C'est sur cette colère et ce sentiment d'injustice que vous devez travailler. Parce que ce sont des sentiments qui empoisonnent. Ils vous empêchent de vivre dans le présent et de construire votre futur. Ils vous empêchent de voir le bien dans cette histoire.

Il y a eu des bonheurs. Il y a eu une rencontre. On ne peut enchaîner personne à soi. On ne peut pas empêcher quelqu'un de vivre leur vie. C'est cette idée que vous devez comprendre et accepter. Elle a repris sa liberté mais son fantôme vous habite toujours: vous devez le libérer pour retrouver la vôtre. Vous n'êtes pas responsable, elle n'est pas responsable. L'histoire s'est écrite de cette manière. Vous ignorez ce qui s'est passé dans sa tête au moment de vous quitter. Vous ignorez si cette décision s'est prise de manière sereine pour elle ou si elle a été source de souffrance. Tout ça est probablement un peu plus complexe que ce que vous envisagez. Il faut maintenant accepter que vous n'auriez rien pu faire et que vous ne savez pas tout. Que c'est fini, qu'il faut désormais reconstruire autre chose.

Aimer quelqu'un deux ans après une histoire, ce n'est pas vraiment aimer une personne. C'est en aimer le souvenir. Aimer le sentiment amoureux qui existait alors. Comme pour le fantôme, il faut le laisser partir. Ce sont des choses qui prennent du temps. Soyez indulgente envers vous-même. Comprenez qu'il faut accepter vos sentiments. Si vous les embrassez, ils ne resteront pas accrochés à vous. Ils s'évanouiront doucement.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

La mode passe au vert

La mode passe au vert

Difficile à envisager il y a encore cinq ans, l'industrie textile développe des matières durables dans le but de préserver l'environnement.

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Si les couples hétéros sont de plus en plus favorables à une répartition moins genrée des corvées, la révolution domestique est encore bien difficile à mener.

En Inde, pour empêcher ses étudiants de tricher, une université leur demande de se mettre un carton sur la tête

En Inde, pour empêcher ses étudiants de tricher, une université leur demande de se mettre un carton sur la tête

Une mesure un peu excessive ?

Newsletters