Égalités

Comment les joggeuses se protègent des agressions

Temps de lecture : 2 min

Elles aimeraient pourtant courir sans avoir besoin d'armes de poings, de ninjas ou de clubs de golf.

Female Jogging Near Brooklyn Bridge | Unsplash via Flickr CC License by

Mercredi 29 mai, la scénariste américaine Amanda Deibert publiait ce tweet: «Dans l'un des groupes de mères auquel j'appartiens, les femmes listent les différents types de protections qu'elles emportent lorsqu'elles sortent faire du jogging (spray au poivre, bracelets d'alarme, sifflets...). Juste au cas où vous vous demandiez à quoi ressemble une vie de femme».

Les agressions de joggeuses étant en effet légion, les femmes qui courent régulièrement sont souvent contraintes de se rassurer et de se protéger en prenant avec elles de quoi dissuader ou repousser d'éventuels assaillants.

Ce qu'Amanda Deibert n'avait pas prévu, c'est que son tweet deviendrait viral et qu'il serait partagé plus de 15 000 fois en trois jours, sans compter le nombre de likes (plus de 60 000 au moment où ces lignes sont écrites). Pourquoi? Parce que ces quelques mots sont terriblement parlants pour de très nombreuses femmes, qui préfèreraient pouvoir se concentrer sur leur effort mais sont hélas contraintes de rester sur leurs gardes lorsqu'elles vont courir.

Amanda Deibert a publié un deuxième tweet pour demander aux lectrices de son tweet quels étaient leurs stratagèmes et objets favoris pour partir faire du jogging aussi sereinement que possible.

Interrogée par BuzzFeed News, la scénariste a elle-même listé les précautions qu'elle se sent obligée de prendre lorsqu'elle sort courir: rester dans des zones bien éclairées lorsqu'elle court en soirée, être accompagnée par des ami·es lorsque c'est possible, garder sa clé dans la main afin de pouvoir s'en servir comme arme de poing, faire semblant d'être en pleine conversation via son kit mains libres... Elle raconte avoir déjà dû se réfugier plusieurs fois dans un bâtiment comme si elle y habitait afin de se débarrasser d'hommes qui la suivaient ou l'insultaient.

La question d'Amanda Deibert a reçu plus d'un millier de réponses diverses et variées, signe que le sujet est loin d'être anecdotique quoi qu'en pensent certains hommes. Cela passe par l'emploi d'objets comme un porte-clés muni d'un bouton permettant de donner l'alarme, ou encore ce minuscule couteau dont l'objectif numéro un est de récupérer l'ADN d'un agresseur:


Marteau, club de golf et ninja

Courir avec un marteau dans la main ou avoir conçu une veste avec une poche spéciale armes blanches font aussi partie des réponses. D'autres femmes préfèrent aller courir avec un chien suffisamment impressionnant pour dissuader qui que ce soit de s'en prendre à elles, comme ce superbe dogue argentin de 48kg nommé Rhaegar Targaryen:

Un homme a répondu avec une photo inattendue: celle du convoi qui escorte systématiquement sa femme lorsqu'elle va courir, composé à la fois d'un chien et d'un petit garçon habillé en ninja et armé d'un club de golf.

«Cela me rend triste que tout cela soit devenu aussi commun pour nous les femmes, mais au final je pense qu'en parler est une bonne chose», déclare Amanda Deibert à la journaliste Stephanie McNeal. L'autrice ajoute que beaucoup d'hommes ont répondu à ses tweets en expliquant qu'ils n'avaient jamais pris conscience des dispositions prises par les femmes, eux qui partent généralement courir en sifflotant, sans avoir à s'inquiéter de faire de mauvaises rencontres.

Newsletters

Où sont les femmes de la littérature? Pas dans les manuels scolaires

Où sont les femmes de la littérature? Pas dans les manuels scolaires

[TRIBUNE] Comment expliquer et accepter cette durable disproportion entre autrices et auteurs dans nos programmes éducatifs?

Une campagne de trolling pour renommer Yale

Une campagne de trolling pour renommer Yale

Cherchant à discréditer le débat sur l'héritage raciste des institutions, des trolls du camp conservateur proposent de changer le nom de la prestigieuse université américaine.

Les femmes trans, grandes perdantes de la présidence Trump

Les femmes trans, grandes perdantes de la présidence Trump

Dès son premier jour à la Maison-Blanche en janvier 2017, l'administration Trump a détricoté quatre années d'avancées pour les droits des personnes trans aux États-Unis.

Newsletters