Parents & enfants / Tech & internet

Près de la moitié des ados pensent que leurs parents sont accros au portable

Temps de lecture : 2 min

Le pourcentage de parents se déclarant dépendants au smartphone est passé de 27% à 45% en à peine trois ans.

En 2019, 52% des parents ont déclaré passer trop de temps sur des appareils mobiles, type smartphone ou tablette. | Freestocks via Unsplash
En 2019, 52% des parents ont déclaré passer trop de temps sur des appareils mobiles, type smartphone ou tablette. | Freestocks via Unsplash

Si les parents du monde entier s'inquiètent de voir leur progéniture passer toujours plus de temps les yeux rivés sur un smartphone, l'inverse est également vrai. D'après un rapport publié par Common Sense Media, un organisme américain de défense des droits des enfants et de classification des médias, quatre ados sur dix ont peur que leur père ou leur mère soit accro au portable.

Du côté des parents, six sur dix craignent que leur enfant ne développe une addiction à son téléphone, et sept sur dix pensent qu'elle ou il passe trop de temps sur son smartphone.

L'inquiétude des ados peut surprendre, mais selon l'auteur de l'étude Michael Robb, elle trouve son origine dans la banalisation des pratiques numériques par les plus jeunes. «Les parents intériorisent sans doute la couverture médiatique généralisée des répercussions de l'utilisation des smartphones, déclare-t-il au New York Times. Les enfants, par contre, souffrent peut-être d'une normalisation, car de moins en moins d'adolescents se souviennent d'une époque où ces dispositifs n'étaient pas omniprésents.»

En clair, les ados, pour la plupart digital natives, ne perçoivent pas l'utilisation du portable –même accrue– comme un risque, puisqu'elle a été intégrée à leurs habitudes dès leur plus jeune âge. Les enfants constatent en revanche une évolution des pratiques numériques de leurs parents, jugée préoccupante.

Fréquence d'utilisation identique

D'après le rapport, basé sur des enquêtes menées en ligne et par téléphone auprès de 500 paires de parents et d'adolescent·es à travers les États-Unis, 52% des parents ont déclaré en 2019 passer trop de temps sur des appareils mobiles, type smartphone ou tablette –soit presque deux fois plus qu'en 2016. Chez les ados, le taux est de seulement 39%, un chiffre en baisse de 22 points par rapport à 2016.

La proportion de parents admettant une addiction au portable est quant à elle passée de 27% à 45% en trois ans, tandis que celle des ados chute de 50% à 39%.

Mais ces résultats sont à prendre avec des pincettes puisque dans les faits, l'utilisation réelle des smartphones est quasiment la même pour tout le monde. Parmi les parents, 42% disent vérifier leurs appareils quelques fois par heure, contre 43% chez les jeunes.

À noter: les résultats du sondage ont été ajustés pour refléter les données démographiques de la population réelle des parents d'adolescent·es américain·es. La marge d'erreur est d'environ 4,4%.

Slate.fr

Newsletters

Surveiller son enfant avec une appli est contre-productif

Surveiller son enfant avec une appli est contre-productif

Installer une application sur son smartphone pour suivre ses trajets, est-ce une parade contre les dangers de la rue ou une intrusion dans sa vie privée qui peut nuire aux liens familiaux?

Trois bonnes raisons de ne pas offrir un cadeau genré à un·e enfant pour Noël 

Trois bonnes raisons de ne pas offrir un cadeau genré à un·e enfant pour Noël 

Cette année, bousculez les codes pour vos achats de fêtes et ne cherchez plus un jeu destiné à une fille ou à un garçon. Pandacraft et ses kits d’activités manuelles sont là pour vous aider à trouver un cadeau non genré.

Les histoires lues aux enfants peuvent les rendre plus empathiques

Les histoires lues aux enfants peuvent les rendre plus empathiques

Les morales de la littérature jeunesse peuvent permettre aux plus jeunes de mieux comprendre leurs émotions et celles des autres. À certaines conditions.

Newsletters