Politique

Et si les gauches françaises s'étaient alliées aux européennes...

Temps de lecture : 2 min

Elles auraient obtenu plus de sièges.

Infographie Alexandre Léchenet pour Slate.fr
Infographie Alexandre Léchenet pour Slate.fr

Note: On a décidé d'appeler «la gauche» dans les paragraphes suivants l'ensemble des partis représentés au Parlement se plaçant politiquement à la gauche de La République en marche, le parti présidentiel exclu, ainsi que les écologistes.

Au lendemain des élections européens de dimanche 26 mai, la gauche compte donc 25 député·es au Parlement européen: 13 écolos, 6 socialistes et allié·es et 6 membres de La France insoumise.

Dans les premiers mois de la campagne s'est jouée une comédie musicale en plusieurs actes sur l'air du rassemblement. Yannick Jadot a préféré que les écologistes jouent solo. Benoît Hamon a proposé «une votation citoyenne pour l'union». Jean-Luc Mélenchon a parlé de plateforme… Ian Brossat a répété qu'il tentait de parler avec tout le monde. Raphaël Glucksmann a accepté que le rassemblement de toute la gauche et des écologistes qu'il prônait se réduise au Parti socialiste, aux radicaux et à Place publique. Finalement, chacun a chanté dans son coin, en harmonie ou non.

La gauche éclatée

Dimanche, la gauche a convaincu 7,2 millions d'électeurs, dans cinq partis différents. Soit plus que La République en marche et que le Rassemblement national. «La gauche en France n'est pas morte», a d'ailleurs déclaré Raphaël Glucksmann le soir même. «Simplement, l'offre politique est éclatée, éparpillée. Il y a un bal des ego et un bal des appareils», a-t-il ajouté au micro d'Europe 1, suggérant «une seule offre politique sociale et écolo».

Entre 2014 et 2019, la gauche a gagné un million de voix, sachant que la participation était en hausse cette année. Ces voix ont été gagnées par Europe Écologie-Les Verts et La France insoumise, qui augmentent respectivement de 80% et 19% leur nombre de suffrages par rapport à 2014. Dans Libération, Aurélien Taché, député de la majorité, s'inquiète d'ailleurs de ce score: «Si on ne fait rien, on retrouvera face à nous une gauche écologiste et démocrate. Avec un potentiel électoral d'environ 25%, suffisant pour atteindre un second tour de présidentielle...»

Politique-fiction

L'éparpillement a coûté à la gauche plusieurs sièges. L'élection européenne ayant un seuil à 5% pour décrocher des élu·es, deux partis n'ont pas réussi à se qualifier: Génération·s, mené par Benoît Hamon et le Parti communiste français mené par Ian Brossat. Faisons de la politique-fiction, nous ne serons pas les seuls. Supposons que la gauche se soit présentée unie aux élections et que l'ensemble de l'électorat de chacune des listes de gauche ait voté pour cette liste commune, sans perte d'électeur ou électrice au passage. Supposons également que La France insoumise soit restée insoumise et que les autres partis se soient associés (graphique du milieu ci-dessous).

En s'alliant tous (graphique de droite), les partis de gauche et les écologistes auraient pu obtenir jusqu'à 29 sièges au Parlement européen, contre 25 aujourd'hui.

Il reste des problèmes qui ne seraient pas réglés par ces hypothèses déjà fantaisistes. Quelle clé de répartition aurait été utilisée pour distribuer entre eux les différents sièges ainsi gagnés? Auraient-ils reflété les résultats de dimanche soir? Ceux donnés par des sondages au moment de la constitution de la liste? Auraient-ils été le fruit de la votation proposée par Benoît Hamon? À votre tour d'imaginer.

Alexandre Léchenet Data-journaliste

Newsletters

«Le vrai sujet aujourd’hui, c’est la lutte contre les communautarismes», estime Barbara Pompili

«Le vrai sujet aujourd’hui, c’est la lutte contre les communautarismes», estime Barbara Pompili

Barbara Pompili, députée LREM de la Somme et présidente de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire à l’Assemblée nationale, était l’invitée de «L’instant politique».

Trump, Warren, Sanders, Biden... qui va dépenser des millions?

Trump, Warren, Sanders, Biden... qui va dépenser des millions?

Ce mardi 15 octobre se tenait le quatrième débat télévisé entre douze candidat·es démocrates à l'investiture. Ce même jour, les canditat·es en lice à la présidentielle avaient pour obligation de publier leurs comptes de campagne. ...

Portraits de collabos

Portraits de collabos

Un livre dresse les portraits de treize hommes et femmes qui ont choisi Vichy et l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Newsletters