Santé

Plusieurs rivières de la planète sont contaminées par des antibiotiques

Temps de lecture : 2 min

Des traces de ces médicaments ont été retrouvées dans les deux tiers des cours d'eau analysés par des scientifiques britanniques.

La présence de cinq antibiotiques différents a été attestée dans l'eau de la Tamise. | Benjamin Davies via Unsplash
La présence de cinq antibiotiques différents a été attestée dans l'eau de la Tamise. | Benjamin Davies via Unsplash

Que nos fleuves soient pollués ne fait pas l'ombre d'un doute, mais que cela soit en partie le fait de médicaments peut laisser perplexe. Des quantités importantes d'antibiotiques ont été détectées dans de nombreux cours d'eau de la planète, selon une étude britannique.

Des scientifiques de l'université d'York au Royaume-Uni ont examiné l'eau de rivières traversant soixante-douze pays, à la recherche de quatorze antibiotiques fréquemment utilisés.

Les résultats de leurs travaux sont inquiétants: les médicaments étaient présents dans les deux tiers des échantillons analysés, parfois dans des proportions nocives. Le Bangladesh, le Kenya, le Ghana, le Pakistan et le Nigeria abriteraient les cours d'eau les plus touchés. Les zones de troubles politiques telles que la frontière israélo-palestinienne font également partie des lieux où le risque de contamination est élevé.

Le triméthoprime, antibiotique utilisé pour traiter les infections urinaires, a été le plus fréquemment dépisté: sa présence a été constatée dans 307 des 711 sites testés.

Risque de résistance

L'étude rapporte également que sur certaines voies navigables, la concentration d'antibiotiques est 300 fois supérieure aux niveaux de sécurité, un taux impliquant un risque pour la santé.

L'équipe de recherche craint que les antibiotiques présents dans les rivières ne développent une résistance aux antimicrobiens, ce qui signifie qu'ils deviendraient inefficaces face aux bactéries et ne pourraient plus être utilisés chez les êtres humains. L'ONU estime à cet égard que l'augmentation de la résistance aux antibiotiques pourrait tuer jusqu'à dix millions de personnes d'ici 2050.

«Une grande partie des gènes de résistance que nous constatons dans les agents pathogènes humains proviennent de bactéries environnementales», souligne William Gaze, chercheur en biodiversité microbienne à l'université d'Exeter.

Les antibiotiques pénétreraient dans nos cours d'eau par le biais de nos déchets et de ceux des animaux, ainsi qu'à travers des fuites émanant du traitement des eaux usées et de la fabrication de médicaments.

Slate.fr

Newsletters

Le monde n'est pas prêt à faire face à une pandémie

Le monde n'est pas prêt à faire face à une pandémie

Selon le Global Preparedness Monitoring Board, entre cinquante et quatre-vingts millions de personnes pourraient mourir en cas d'épidémie dévastatrice.

Un médicament pour décaler ses règles existe, mais pas en France

Un médicament pour décaler ses règles existe, mais pas en France

Les laboratoires pharmaceutiques estiment qu'il n'est pas assez rentable.

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

L'organe n'est pas la barrière infranchissable que l'on croyait.

Newsletters