Société / Tech & internet

Les combats de chiens prospèrent sur Facebook

Temps de lecture : 2 min

Le réseau social est accusé d’héberger de nombreuses vidéos sans qu’aucune modération ne soit appliquée.

Une pétition a été lancée afin d'obliger Facebook à modérer les vidéos de combats de chiens. | David Taffet via Unsplash
Une pétition a été lancée afin d'obliger Facebook à modérer les vidéos de combats de chiens. | David Taffet via Unsplash

Des vidéos d'affrontements entre chiens, organisés par leurs maîtres tels des combats de boxe, pullulent sur Facebook, et cela en agace plus d'un·e. Dans un rapport publié sur son site, l'organisation de défense des droits des animaux Lady Freethinker accuse le réseau social de rester muet face aux violations de ses propres règles.

Les combats de chiens sont des pratiques illégales dans de nombreux pays, comme en France, où ces bagarres constituent un délit puni de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

Nina Jackel, la fondatrice de Lady Freethinker, dénonce auprès du Guardian «un niveau de violence et d'exploitation des chiens épouvantable».

2.000 publications recensées

Le rapport de l'organisation indique qu'entre octobre 2018 et février 2019, 2.000 publications ont été répertoriées comme faisant la promotion des combats canins et 150 pages, groupes et profils activement impliqués dans la pratique ont été identifiés. En tout, 160.563 membres feraient partie des cinq principaux groupes Facebook liés à cette activité.

Lady Freethinker a également signalé vingt-six messages portant atteinte aux règles du réseau social, repérés à partir de mots-clés associés aux combats de chiens, mais seulement six d'entre eux ont été supprimés de la plateforme, indique le rapport. Une bien maigre victoire pour ces soutiens de la cause animale, qui accusent Facebook de ne pas respecter ses propres règles.

«Comme notre rapport le montre, Facebook ne protège pas les animaux innocents contre les abus et la mort. En n'appliquant pas ses propres politiques contre la cruauté envers les animaux, Facebook est complice de perpétuer des actes criminels contre les chiens», déplore Nina Jackel.

Du côté du géant américain, on répète que les contenus faisant la promotion des combats d'animaux n'ont pas leur place sur la plateforme. «Nous remercions [l'organisation] Lady Freethinker d'avoir attiré notre attention sur ces publications, nous l'avons contactée afin que nous puissions obtenir les informations dont nous avons besoin pour enquêter», a déclaré un porte-parole du réseau social.

Basée à Los Angeles, Lady Freethinker a lancé une pétition en ligne appelant Facebook à rechercher activement et supprimer tout contenu faisant la publicité des combats canins.

Slate.fr

Newsletters

Assurance

Assurance

Quand le Québec file un mauvais coton

Quand le Québec file un mauvais coton

[BLOG You Will Never Hate Alone] Le Québec vient d'adopter une loi sur la laïcité. Quand soudain l'ennemi de la Belle Province n'est plus le colon anglais, mais une musulmane voilée.

Vous n'avez rien à craindre des rats qui grouillent dans votre ville

Vous n'avez rien à craindre des rats qui grouillent dans votre ville

La Mairie de Paris mène une bataille contre les rongeurs. Pourtant, ils n'ont pas du tout la peste!

Newsletters