France

Polémique sur le Quick halal: un «French brouhaha»

Temps de lecture : 2 min

«Il est peut-être temps pour la France de respirer un bon coup.» Voilà comment le Time résume mercredi le débat autour des fast-foods halal en France. Le correspondant du magazine revient sur la sortie du maire de Roubaix, René Vandierendonck, qui avait qualifié la décision du Quick local de remplacer dans ses hamburgers le bacon par de la viande conforme aux règles de l'Islam de «discrimination contre les non-musulmans».

Pour le magazine américain, cette affaire n'est qu'un prétexte de plus pour un nouveau «French brouhaha» sur la question de l'islam après les polémiques liées au débat sur l'identité nationale et au voile islamique. Autrement dit, un nouveau «brouhaha» qui n'a pas lieu d'être. Selon le Time, la «France est en train de développer ce qui ressemble à une obsession névrosée à propos de l'Islam, si ce n'est pas de l'islamophobie».

[Lire l'article complet sur Time]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters