Égalités / Sciences

La climatisation de votre bureau serait-elle sexiste?

Temps de lecture : 2 min

Vous n'aviez sans doute pas envisagé l'air conditionné de cette manière.

Nous subissons les critères de température d'un businessman américain de 1967 | Tim Mossholder via Unsplash
Nous subissons les critères de température d'un businessman américain de 1967 | Tim Mossholder via Unsplash

Il fait trop chaud au bureau et non, mettre des glaçons devant un ventilateur n'est pas une solution miracle. Il faut s'y résoudre, la climatisation est notre seul recours. Après avoir argumenté des heures avec l'hypocondriaque à qui l'air conditionné donne mal à la gorge, et nous être débattu·es avec notre propre conscience écologique, un combat plus périlleux encore nous attend: la température de la climatisation.

Quelle que soit l'issue du débat, un problème fondamental demeure. La climatisation est réglée pour des hommes et la performance des femmes pâtirait de cette injustice thermique.

Derrière la température, une obscure équation

La climatisation n'est pas qu'un débat d'opinion. Il y a une science derrière. Pire encore, il y a des maths. Votre sensibilité à la température ambiante s'appelle le confort thermique. Elle est déterminée notamment par le métabolisme, nébuleuse complexe de réactions entre les cellules de votre organisme, qui détermine entre autres si manger un pot de Nutella à 16 heures vous fait ou non grossir. S'il est propre à chaque individu, le métabolisme se distingue entre hommes et femmes. En particulier, le métabolisme féminin est plus lent.

Or dans la complexe équation de Fanger qui détermine le confort thermique optimal, une variable n'est pas neutre: on considère que l'individu étudié a le métabolisme d'un homme de 40 ans et qu'il porte un costume. Boris Kingma et Wouter van Marken Lichtenbelt, les deux chercheurs qui ont fait cette découverte, concluent à l'existence de «biais discriminant entre les genres dans le confort thermique». Autrement dit, nous subissons les critères de température d'un businessman américain de 1967 (année du modèle de Fanger). C'est à juste titre qu'en 2018, l'écrivaine américaine Kerry Howley tweete: «49% de la population américaine contrôle 100% des climatiseurs». Plus de doute, votre climatisation est sexiste.

L'impact sur la performance des femmes au bureau

L'étude publiée le 22 mai le montre: augmenter de 1% la température permet d'augmenter entre 1 et 2% la performance d'une femme quand celle des hommes diminue très légèrement. Les femmes sont donc plus performantes quand il fait moins froid au bureau. Pour arriver à ce chiffre, les scientifiques Tom Chang et Agne Kajackaite ont testé comment 543 étudiant·es réagissaient à des problèmes mathématiques, logiques, de vocabulaire complexes comme écrire un mot avec les lettres ADEHINRSTU (rassurez-vous, le test a été mené en Allemagne). Si les résultats ont été surprenants, les chercheurs eux-mêmes reconnaissent qu'il faut manipuler les conclusions avec précaution: les élèves avaient des origines géographiques similaires et l'expérience n'a duré qu'une heure. «Nos résultats suggèrent que dans un environnement de travail mixte, les températures devraient être réglées plus haut que les standards actuels», concluent-ils.

En attendant d'autres recherches, nous pouvons d'ores et déjà ajouter un nouvel argument au cahier de doléance des détracteurs de la climatisation. Et nous contenter de (re)tenter le coup des glaçons devant le ventilateur.

Newsletters

La Nouvelle-Zélande s'apprête enfin à décriminaliser l'avortement

La Nouvelle-Zélande s'apprête enfin à décriminaliser l'avortement

Pourtant progressiste concernant les droits des femmes, le pays considère toujours l'IVG comme un crime. Une réforme est en cours d'examen au Parlement pour remédier à la situation.

Au Maghreb, des cafés réservés aux femmes font débat

Au Maghreb, des cafés réservés aux femmes font débat

Passer un moment à l'abri de la pression sociale, c'est la promesse faite aux clientes de ces établissements. Deux d'entre eux viennent d'ouvrir dans le nord du Maroc.

Violences conjugales: faut-il reconnaître la légitime défense des victimes tuant leur conjoint?

Violences conjugales: faut-il reconnaître la légitime défense des victimes tuant leur conjoint?

Près de la moitié des femmes autrices d'homicide sur leur partenaire avait subi des violences antérieures de sa part. Le droit français peine encore à prendre en compte cette réalité.

Newsletters