Politique

Pour Benjamin Cauchy, les sondeurs mènent une «manipulation intellectuelle»

Temps de lecture : 2 min

Celui qui figure en neuvième position sur la liste Debout la France pour les élections européennes a salué l’utilité des «gilets jaunes».

Invité de «L'Instant politique» le 22 mai, Benjamin Cauchy a dénoncé les violences policières à l'encontre du mouvement des «gilets jaunes» et la présence de casseurs parmi les manifestants. | Capture d'écran FTVi
Invité de «L'Instant politique» le 22 mai, Benjamin Cauchy a dénoncé les violences policières à l'encontre du mouvement des «gilets jaunes» et la présence de casseurs parmi les manifestants. | Capture d'écran FTVi

Benjamin Cauchy, ancienne figure des «gilets jaunes» et aujourd'hui neuvième sur la liste Debout la France pour les européennes, emmenée par Nicolas Dupont-Aignan, était l’invité de l’Instant politique sur France Info ce mercredi 22 mai.

Interrogé sur les violences policières à l’occasion de certains rassemblements des «gilets jaunes», il a répondu qu’il y avait eu «trop de violence tout court. Je pense que par moment, il y a eu des réponses policières disproportionnées et de l’autre côté des dérives extrémistes au sein des “gilets jaunes” ou plutôt au sein de certains casseurs et radicaux qui ont utilisé le mouvement pour cracher leur venin sur la République. Les torts sont partagés et la justice doit faire son travail».

Évoquant un réveil des consciences entamé grâce à la «petite musique des ronds-points», Benjamin Cauchy a salué l’utilité du mouvement, soulignant les «milliards d’euros mis sur la table par le président de la République».

Le candidat précise tout de même qu'à ses yeux, la plupart des mesures annoncées par Emmanuel Macron ne sont que «des variables d’ajustement» et non le «changement de système politique» réclamé par les «gilets jaunes» et Debout la France. «Nous souhaitons que les marchés financiers et le pouvoir de l’argent ne soient plus le maître-mot d’Emmanuel Macron», martèle-t-il.

À la question de Slate, (4min08), «Les intentions de vote en faveur de votre liste ne cessent de diminuer, qu’est-ce que Nicolas Dupont-Aignan a raté dans cette campagne?», Benjamin Cauchy a répondu en dénonçant «la manipulation intellectuelle» menée par les sondeurs, qui annoncent un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour «cristalliser faussement un vote utile qui ne doit pas avoir lieu. On ne souhaite pas refaire le match de l’élection présidentielle».

Déclarant avoir voté «par défaut» pour la présidente du Rassemblement national au second tour de la présidentielle de 2017, Benjamin Cauchy affirme cependant que Debout la France est un mouvement «euroréaliste et eurosceptique» sans rapport avec l’extrême droite.

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France Info, tous les soirs à 19h20

Newsletters

Gare aux programmes

Gare aux programmes

Les municipales 2020 ou la fin du régime qu'Emmanuel Macron devait sauver

Les municipales 2020 ou la fin du régime qu'Emmanuel Macron devait sauver

Le quinquennat Macron est un syndic de faillite de la Ve République, il croit en valoriser les actifs mais organise la vente à l'encan.

Réformes des retraites: l'opinion publique a-t-elle plus de sympathie pour la radicalité?

Réformes des retraites: l'opinion publique a-t-elle plus de sympathie pour la radicalité?

Le soutien aux grévistes demeure élevé.

Newsletters