Égalités / Culture

Dans «Game of Thrones», les femmes n'ont que 25% de temps de parole

Temps de lecture : 2 min

La dernière saison est l'une des plus mauvaises en ce qui concerne la répartition des dialogues.

Cersei Lannister est l'héroïne comptabilisant le plus de temps de parole, se classant troisième des personnages de la série, avec environ 900 lignes de dialogue. | Capture d'écran via YouTube

 
Cersei Lannister est l'héroïne comptabilisant le plus de temps de parole, se classant troisième des personnages de la série, avec environ 900 lignes de dialogue. | Capture d'écran via YouTube  

Alors que le dernier épisode de la série de HBO vient d'être diffusé, une étude se penchant sur la répartition du temps de parole entre les personnages hommes et femmes de Game of Thrones a été publiée. D'après les résultats de l'enquête, au cours des huit saisons, les voix masculines représentent environ 75% de l'ensemble des prises de parole.

Les données ont été compilées par Ceretai, une start-up suédoise qui utilise le machine learning pour analyser la diversité dans la culture populaire. Son algorithme a appris à identifier la différence entre les voix masculines et féminines en vidéo et à fournir la durée du temps de parole en secondes et en pourcentages par sexe.

Comme l'indique l'article de Georgina Pearce et Valeria Perasso pour la BBC, la précision de cet algorithme est d'environ 85%. Les résultats réels peuvent donc être légèrement supérieurs ou inférieurs aux estimations de l'étude. Malgré cette marge d'erreur, une chose est certaine: dans Game of Thrones, le temps de parole masculin est bien supérieur au temps de parole féminin.

Lisa Hamberg, cofondatrice de Ceretai, a déclaré à la BBC qu'en analysant Game of Thrones, son équipe souhaitait sensibiliser le public au problème plus large de la représentation des femmes dans les médias. En moyenne, 30% seulement du temps de parole est accordé aux héroïnes dans les films ou séries, selon une étude de 2017 sur les inégalités à l'écran.

C'est dans le cinquième épisode de la saison 4, «First of His Name», que l'on retrouve la plus forte proportion de discours féminins de Game of Thrones, avec une répartition quasiment paritaire grâce aux intrigues centrées autour de Cersei Lannister et Daenerys Targaryen.

Le septième épisode de la première saison, «You Win or You Die», est en revanche le pire de la série, avec seulement un sixième de mots prononcés par des femmes, dont le célèbre «When you play the game of thrones, you win or you die» de Cersei Lannister [«Quand on joue au jeu des trônes, on gagne ou on meurt»].

Visibles mais muettes

Cersei Lannister est d'ailleurs l'héroïne comptabilisant le plus de temps de parole, se classant troisième des personnages de la série, avec environ 900 lignes de dialogue. Devant elle se trouvent Jon Snow et Tyrion Lannister, sans conteste le plus bavard du show avec plus de 1.300 lignes de dialogue.

Au total, sur les quinze premiers personnages de la série ayant le plus grand nombre de dialogues, neuf sont des hommes. Certains personnages masculins morts comptabilisent même plus de dialogues que des personnages féminins encore vivants. À la fin de la septième saison, Ned Stark, exécuté dans la première, comptait ainsi plus de dialogues que Melisandre, toujours présente dans la saison 8.

Alors que la dernière saison semblait faire la part belle aux héroïnes, de Cersei à Daenerys en passant par Brienne de Torth, Arya ou Sansa Stark, elle fait partie des pires en matière de temps de parole féminin. À l'image du final qui offre 80% des dialogues aux hommes, contre 20% aux femmes.

Stephanie Genz, professeure d'études des médias à l'Université de Nottingham Trent (Angleterre), assure que la présence de femmes à l'écran n'équivaut pas systématiquement à une représentation égalitaire. «On croit à tort que parce que les femmes sont très visibles, que leur corps est très visible, cela équivaut à une représentation significative. Les héroïnes s'expriment avec leurs corps, et le public ne remarque pas nécessairement à quel point elles parlent peu en réalité, explique Stéphanie Genz. Cela confirme ce que nous savons déjà de notre société de toute façon: que les voix des femmes sont sous-représentées.»

Slate.fr

Newsletters

Derrière le syndrome de l'imposteur se cache un problème de classe

Derrière le syndrome de l'imposteur se cache un problème de classe

Ce terme en apparence médical pousse les gens à se blâmer eux-mêmes alors que l'injustice est structurelle.

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Nombreuses sont celles qui, dans un contexte sexuel, vont tout faire pour cacher les sécrétions qui tapissent leurs sous-vêtements. Ce geste n'est pas sans conséquence.

La «culpabilité blanche» à l'ère de Trump façonne les primaires démocrates

La «culpabilité blanche» à l'ère de Trump façonne les primaires démocrates

L'égalité raciale devient un thème de campagne chez les Démocrates blanc·hes.

Newsletters