Sciences / Économie

Les personnes riches ont plus confiance en elles, même quand elles sont incompétentes

Temps de lecture : 2 min

La classe sociale jouerait un rôle important dans l'estimation de nos propres capacités et l'image que se font les autres de nos compétences.

Pour mesurer la classe sociale, l'équipe de recheche a analysé le revenu des sujets, leur niveau d'instruction et leur position perçue dans la société. | Alora Griffiths via Unsplash
Pour mesurer la classe sociale, l'équipe de recheche a analysé le revenu des sujets, leur niveau d'instruction et leur position perçue dans la société. | Alora Griffiths via Unsplash

Plus vous êtes issu·e d'une classe sociale élevée, plus vous aurez confiance en vous. Sans doute même un peu trop. Voilà en substance la conclusion d'une récente étude américaine menée sur plus de 150.000 personnes, et publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology.

Selon les psychologues, les personnes venant des classes sociales supérieures disposent de plus de confiance en elles, ce qui laisse supposer à leur entourage, parfois à tort, qu'elles sont plus compétentes.

Peter Belmi, chercheur à l'Université de Virginie aux États-Unis et directeur de l'étude, déclare que «les avantages engendrent des avantages. Notre recherche suggère que la classe sociale façonne les attitudes que les gens ont à l'égard de leurs capacités, ce qui, à son tour, a des implications importantes sur la façon dont les hiérarchies de classe se perpétuent d'une génération à l'autre».

«Dans les classes supérieures, les gens sont encouragés à se différencier des autres, à exprimer ce qu'ils pensent et ressentent et à énoncer avec confiance leurs idées et leurs opinions, même lorsqu'ils manquent de connaissances précises, révèle Peter Belmi. En revanche, les gens de la classe ouvrière sont conditionnés pour embrasser les valeurs de l'humilité, de l'authenticité et de la connaissance de sa place dans la hiérarchie.»

«Plus aptes au recrutement»

Pour parvenir à ces observations, l'équipe de recherche a mené quatre enquêtes successives, aux États-unis et au Mexique, portant sur le lien entre la classe sociale et l'excès de confiance en soi. Pour mesurer la classe sociale, elle a analysé le revenu des sujets, leur niveau d'instruction et leur position perçue dans la société.

Les cobayes ont également dû passer une évaluation psychologique, comprenant un test cognitif, ainsi qu'une simulation d'entretien d'embauche. Après avoir terminé ces deux dernières phases, les scientifiques ont demandé aux sujets d'estimer leur niveau de compétence sur une échelle de 1 à 100.

En comparant les résultats réels avec les prédictions des candidat·es, ils ont constaté que les personnes ayant plus d'éducation, de revenus et appartenant à une classe sociale supérieure, avaient tendance à se surévaluer. «Les personnes ayant une classe sociale relativement élevée étaient plus sûres d'elles, ce qui, ensuite, était associé au fait d'être perçues comme étant plus compétentes et, en fin de compte, plus aptes à être recrutées», conclut Peter Belmi.

De tels résultats suggèrent que la hiérarchie immuable des classes sociales est donc, au moins en partie, le fruit d'une perception faussée des compétences réelles. Les psychologues affirment que les inégalités persisteront si les gens continuent de confondre projections de confiance et capacités réelles.

Newsletters

La pollution atmosphérique pourrait être à l'origine de cancers du cerveau 

La pollution atmosphérique pourrait être à l'origine de cancers du cerveau 

Une nouvelle étude canadienne fait pour la première fois le lien entre les nanoparticules toxiques et la maladie.

Trump va limiter l'utilisation de la science au ministère de l'environnement

Trump va limiter l'utilisation de la science au ministère de l'environnement

De nouvelles règles empêcheront certaines recherches scientifiques d'être utilisées pour guider la législation anti-pollution.

Limiter la vitesse des navires n'a que des avantages

Limiter la vitesse des navires n'a que des avantages

Autant pour les humains que pour la planète que pour les animaux marins.

Newsletters