Égalités / Société

Aux États-Unis, 60% des managers hommes ont peur de travailler avec des femmes

Temps de lecture : 2 min

Depuis #MeToo, de plus en plus d'hommes révèlent être inquiets et méfiants lorsqu'ils sont amenés à interagir avec des collègues féminines.

En 2018, seulement 46% des personnes interrogées déclaraient que leur entreprise avait pris des mesures pour lutter contre le harcèlement. | Campaign Creators via Unsplash

 
En 2018, seulement 46% des personnes interrogées déclaraient que leur entreprise avait pris des mesures pour lutter contre le harcèlement. | Campaign Creators via Unsplash  

Un an et demi après le début du mouvement #MeToo, les organismes LeanIn.org et SurveyMonkey viennent de publier une étude sur les relations entre hommes et femmes sur leur lieu de travail dans les mois ayant suivi cette vague de libération de la parole. 5.182 employé·es de plus de 18 ans –2.421 hommes et 2.761 femmes– ont été interrogé·es à travers les États-Unis en février 2019.

Les résultats sont sans appel: 60% des supérieurs masculins se disent mal à l'aise dans la collaboration, la socialisation ou l'interaction avec des collègues féminines. Une augmentation de 32% par rapport à l'an dernier. Les hommes interrogés déclarent avoir peur que leur comportement soit jugé inconvenant ou d'être accusés à tort de harcèlement ou d'agression sexuelle. En parallèle, le harcèlement sexuel reste omniprésent sur le lieu de travail, 57% des femmes déclarant en avoir été victimes depuis le début de leur carrière.

Environ 50% des hommes affirment que les conséquences des plaintes de harcèlement sexuel sont plus dommageables pour la carrière des harceleurs que pour celle des victimes, tandis que 64% des femmes assurent que les victimes finissent par payer un prix plus élevé.

Les entreprises redoublent d'efforts

Selon l'étude, les managers hommes se sentent moins sur la défensive en présence de collègues juniors masculins que féminines. Depuis #MeToo, les hommes se déclarent ainsi plus susceptibles d'hésiter à avoir des réunions individuelles avec une subordonnée, à voyager avec elle pour le travail, ou à faire un dîner de travail en sa compagnie. Le rapport note pourtant que 82% des salarié·es affirment que leur direction ne décourage pas les interactions et la socialisation entre collègues de sexe différent.

Cette méfiance généralisée risque bien d'entraver encore un peu plus la progression des femmes dans les sphères professionnelles. Aux États-Unis, les femmes ont beau représenter 47% de la population active, on ne compte que 5% de dirigeantes parmi les hiérarchies des 500 plus grandes entreprises américaines. En tout, les États-Unis perdent plus de 2.000 milliards de dollars de PIB en raison des inégalités entre les sexes. À l'échelle mondiale, les femmes représentent 50% de la population et seulement 12% des personnes les plus riches.

Il y a tout de même quelques progrès à relever. D'après l'étude, #MeToo semble avoir incité les entreprises à redoubler d'efforts en matière de gestion et de prévention des cas de harcèlement sexuel. En 2018, seules 46% des personnes interrogées déclaraient que leur entreprise avait pris des mesures pour lutter contre le harcèlement. Cette année, elles sont 70%.

Parmi les employé·es dont le lieu de travail a adopté des mesures au cours des deux dernières années, 72% estiment que les changements ont réduit la probabilité de harcèlement sexuel et 76% pensent qu'ils ont amélioré la probabilité qu'un incident de harcèlement soit traité adéquatement.

Slate.fr

Newsletters

Le «parcours 1.000 jours» inclura-t-il un allongement du congé paternité?

Le «parcours 1.000 jours» inclura-t-il un allongement du congé paternité?

Cette semaine, j'ai eu l'agréable surprise de découvrir que la mission de réflexion autour des congés parentaux n'était pas tombée aux oubliettes.

Vous voulez faire de l'argent? Protégez les femmes

Vous voulez faire de l'argent? Protégez les femmes

Les gros investisseurs commencent à se servir d'un nouveau critère pour évaluer les risques financiers: la violence sexuelle et sexiste.

Aux États-Unis, le taux d'avortement est au plus bas depuis 1973

Aux États-Unis, le taux d'avortement est au plus bas depuis 1973

Les lois limitant l'accès à l'avortement adoptées dans divers États américains ne seraient pas le facteur principal de son déclin.

Newsletters