Boire & manger

Arrêtez de faire la cuisine à votre chat

Temps de lecture : 2 min

Plus d'une centaine de recettes ont été passées au crible par des vétérinaires et le résultat n'est pas fameux.

L'alimentation maison n'est pas nécessairement meilleure. | meineresterampe via Pixabay
L'alimentation maison n'est pas nécessairement meilleure. | meineresterampe via Pixabay

L'air du temps est au fait-maison et à tout ce qui peut nous préserver de la supposée toxicité du monde extérieur. Les animaux de compagnie ne sont pas épargnés par cette tendance et de plus en plus de gens choisissent ainsi de se détourner de l'alimentation industrielle pour faire eux-mêmes la cuisine à leurs chats. Mais selon des chercheuses de la faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Californie à Davis, ces recettes prétendument plus saines que les bonnes vieilles croquettes et pâtées disponibles dans les supermarchés ne le sont pas forcément... et peuvent même être dangereuses pour les matous.

Sur les 114 préparations analysées dans leur étude, sélectionnées à la fois sur internet et dans des livres spécialisés, Jennifer Larsen et ses collègues ont trouvé que près de 40% ne fournissaient aucune consigne alimentaire, avec le reste souffrant d'informations lacunaires ou ambiguës, notamment sur la qualité nutritionnelle de la recette.

Qu'elles aient ou non été conçues par des vétérinaires, ces recettes ne consignaient pas suffisamment de nutriments, même si celles écrites par des vétérinaires présentaient moins de carences en nutriments essentiels. En général, les recettes manquaient d'au moins trois nutriments et, pour certaines, l'absence concernait pas moins de dix-neuf nutriments essentiels. En outre, de nombreuses recettes étaient très carencées, avec moins de 50% des apports recommandés en choline, fer, zinc, thiamine, vitamine E et manganèse –dont les chats ne peuvent se passer.

Ingrédients potentiellement toxiques

Sur les 114 recettes analysées, seules cinq (toutes rédigées par des vétérinaires) étaient de bonne tenue nutritionnelle.

Concernant les cas les plus préoccupants, 7% des recettes intégraient des ingrédients potentiellement toxiques pour les chats, comme l'ail, les oignons et les poireaux. Les chercheuses soulignent également que plusieurs recettes se basent sur des produits d'origine animale crus sans aucune mention des dangers de contamination bactérienne. Enfin, certaines recettes à base d'os oubliaient de préciser qu'ils devaient être broyés pour éviter les déchirures gastro-intestinales.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«L'alimentation maison n'est pas nécessairement meilleure», résume Larsen, qui ajoute que les peurs des croquettes industrielles sont infondées. Si vous voulez vraiment faire la cuisine à votre chat, assurez-vous que vos recettes sont sûres, équilibrées et adaptées à votre animal –et les vétérinaires sont là pour préciser la marche à suivre.

Newsletters

Un sac réutilisable ne vaut rien contre tous les emballages plastiques

Un sac réutilisable ne vaut rien contre tous les emballages plastiques

[TRIBUNE] Face à l'urgence climatique, les groupes réinventent l'eau chaude, les consommateurs mettent la tête dans le sac, et les pouvoirs publics sont pris d'une frénésie administrative.

Quatre tables parisiennes pour vivre de grands moments de haute gastronomie

Quatre tables parisiennes pour vivre de grands moments de haute gastronomie

Des fiefs parfaits pour les «mangeurs de la vérité», comme disait Alain Chapel.

La Corée du Sud lance un groupe de travail sur l'interdiction de la viande de chien

La Corée du Sud lance un groupe de travail sur l'interdiction de la viande de chien

Le président Moon Jae-in a proposé d'examiner la possibilité de mettre fin à cette consommation séculaire.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio