Sciences

Un chewing-gum contient le plus ancien ADN humain scandinave

Temps de lecture : 2 min

Vieux de 10.000 ans, il contribue à comprendre l’itinéraire et le mode de vie des premiers êtres humains de Scandinavie.

Pour être mastiquée, l'écorce de bouleau est chauffée dans des conditions hermétiques et le produit final est constitué de goudron et des cendres de l'écorce. | Jorre via Wikimedia Commons
Pour être mastiquée, l'écorce de bouleau est chauffée dans des conditions hermétiques et le produit final est constitué de goudron et des cendres de l'écorce. | Jorre via Wikimedia Commons

Bien loin nos références modernes, un chewing-gum fabriqué à partir d’écorce de bouleau contiendrait l’ADN des premiers êtres humains scandinaves. C’est en tout cas ce qu’affirme une étude publiée dans la revue Communications Biology.

À l’origine de cette découverte, une équipe de recherche norvégienne et suédoise, qui s’est appuyée sur l’étude de morceaux de chewing-gum retrouvés dans les années 1990 après des fouilles non loin de la côte ouest suédoise. L’incapacité des scientifiques à analyser l’ADN humain ancien à l’époque explique la reprise tardive des recherches sur le sujet.

Deux femmes et un homme

Cet ancêtre du chewing-gum moderne, fabriqué à partir de poudre d’écorce de bouleau, était non seulement mastiqué mais aussi utilisé comme adhésif dans la fabrication d’outils et pour d’autres technologies durant l’Âge de pierre.

Les scientifiques ont pu extraire suffisamment d’ADN sur cette pâte à mâcher pour identifier la présence originelle de deux femmes et un homme. D’après l’étude, les résultats montrent que ces individus partagaient une affinité génétique étroite avec d’autres chasseurs-cueilleurs de Suède et avec les premiers mésolithiques européens.

Toutefois, des objets présents sur le site de fouilles laisseraient penser que des personnes originaires de l’actuelle Russie ont transité, si ce n’est vécu sur la zone. Mais pour l’heure des preuves ADN manquent pour le confirmer.

«L'ADN de ces anciens chewing-gums a un potentiel énorme, non seulement pour retracer l'origine et le mouvement des peuples, mais également pour fournir des informations sur leurs relations sociales, leurs maladies et leur nourriture», explique Per Persson, co-auteur de l’étude et chercheur à l’université d’Oslo.

Newsletters

Les chiens peuvent-ils vraiment parler avec les humains?

Les chiens peuvent-ils vraiment parler avec les humains?

Des vidéos montrant deux chiennes semblant former des phrases sur un clavier déferlent sur internet. Mais il faut se méfier de nos interprétations.

Quels cris humains nous affectent le plus? La réponse pourrait vous surprendre

Quels cris humains nous affectent le plus? La réponse pourrait vous surprendre

On utilise le cri pour exprimer six émotions différentes.

Des chercheurs découvrent un potentiel médicament contre le cancer du cerveau

Des chercheurs découvrent un potentiel médicament contre le cancer du cerveau

L'ipatasertib pourrait rendre certains cancers du cerveau vulnérables à l'immunothérapie, selon une étude.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters