Égalités / Médias

Merci Valeurs actuelles, mais la terreur féministe n'existe pas

Temps de lecture : 5 min

On a bien rigolé avec votre couv. Et puis ça nous donne l'occasion de repréciser deux ou trois choses.

Une du numéro de Valeurs actuelles daté du 16 au 22 mai.
Une du numéro de Valeurs actuelles daté du 16 au 22 mai.

Il y a des moments de découragement profond dans la vie d'une féministe, des périodes où tout est obscur. Heureusement, dans ces moments-là, Valeurs actuelles répond toujours présent pour nous remonter le moral. Ainsi, la couv de cette semaine a consolé toutes les féministes malheureuses.

On a souri, on a ri, certaines ont même lancé l'idée d'en faire des t-shirts. Merci Valeurs actuelles, ça fait du bien. C'est vrai qu'en 2015, on avait déjà eu les honneurs de cette couv-là.

Mais il faut avouer que la vôtre tombe à point. On avait passé une semaine sacrément difficile. Les attaques contre l'IVG aux États-Unis nous glacent le sang. On se demande si on est vraiment en train d'assister à ça, de nos jours? Est-ce que par hasard, on ne serait pas en train de basculer un chouia dans cet univers?

Ruse de petits filous

Quand chacun·e d'entre nous s'est lancé·e dans le féminisme, on en avait marre que le niveau d'inégalités reste stagnant. On s'est dit qu'il fallait relancer le mouvement, redémarrer la marche pour l'égalité réelle. Personnellement, je n'avais pas anticipé que j'assisterai à un recul des droits des femmes.

Donc voilà, cette couv, c'est un peu de légèreté dans l'ambiance pesante du moment. Ça nous ferait presque croire que l'on a une influence énorme sur la société. On devrait peut-être l'envoyer à nos collègues américaines, pour qu'elles rient avec nous. Ah non, en fait. Parce que chez elles, ce sont des gens comme les rédacteurs de Valeurs actuelles qui sont au pouvoir, donc ça les ferait moyen rire. On a encore le privilège de pouvoir se moquer de cette couv, parce que cela reste minoritaire.

Mais malgré l'humour de la chose, ne croyez pas, chères Valeurs actuelles, que l'on n'a pas compris votre ruse de petits filous. On la connaît, votre tactique: plutôt que de parler des inégalités entre les femmes et les hommes, vous parlez des féministes. Vous décalez le sujet. C'est un coup classique.

On ne va pas analyser les disparités économiques monstrueuses, on va dire que les féministes se connaissent toutes et coordonnent leurs actions. Plutôt que de parler du corps féminin perpétuellement soumis aux diktats de la société et perçu comme un objet à disposition des hommes, on va faire un graphique avec des ronds, des flèches, des pointillés et des hachures pour montrer la nébuleuse des néo-féministes qui sont under cover dans des rédactions et en profitent pour glisser leurs idées nauséabondes de déconstruction des identités de genre.

Enthoven de maternelle

D'ailleurs, je ne veux pas balancer, mais il y a un paquet d'approximations dans votre dessin. Sachez que Lauren Bastide et Rebecca Amsellem se connaissent! Quant à Caroline de Haas, si elle n'avait de liens qu'avec Alice Coffin, comme vous le notez... Mais non: elle est quasiment la cheville ouvrière de l'internationale féministe. Et puis pourquoi on a l'impression que Léa Lejeune est présidente de la terreur féministe? Elle est seulement le bras droit de la véritable présidente –dont je ne peux évidemment pas vous donner l'identité, mais seulement vous révéler qu'elle est très puissante, qu'elle vient d'une autre planète et qu'elle a huit pattes, comme les araignées.

Et dans l'article qui va avec, on retrouve la rhétorique du complot, à deux doigts d'évoquer une mafia féministe. Le titre est quand même «La pieuvre des nouvelles inquisitrices: enquête sur les réseaux féministes» (je vous jure, je n'invente rien). Les fameux réseaux féministes sont qualifiés de «féminisphère», «farouche entre-soi idéologique et sociologique», «réseau fermé», «putsch», «emprise sectaire» (d'après une source anonyme). On n'est pas loin des Protocoles des sages de Sion version femmes. S'ensuit le blabla habituel sur le fait de ne pas pouvoir être militant·e et journaliste, sans envisager une seule fois que leur propre article est orienté et militant.

Ensuite, retour sur la Ligue du LOL, et le fait que Prenons la une a suggéré que ce serait le moment d'embaucher des femmes aux postes à responsabilités. Il serait apparemment paradoxal de critiquer les boys' club et de vouloir monter des clubs de filles: une remarque qui met sur le même plan groupe d'hommes et groupe de femmes dans l'univers professionnel, en omettant complètement les rapports de force entre les genres. C'est du Enthoven de maternelle.

J'ai également bien aimé le petit scoop: «D'après nos informations, des dîners de femmes sont organisés par la féministe Rebecca Amsellem dans le but de célébrer ce putsch médiatique» –le putsch, rappelons-le, se résumant à l'embauche de Marie Kirschen aux Inrocks et d'Aude Lorriaux à 20 Minutes.

Réalité bien plus banale

Mais hormis ces points de détails, j'ai un autre souci majeur avec votre dossier. Le fait que vous fassiez votre beurre sur le dos des féministes? Non, même pas. Au premier abord, on peut se sentir flattées de l'importance que vous nous donnez (ok, je ne suis pas dans le dossier, mais c'est un «nous» de féministes militantes).

Le vrai problème est en deux temps. D'abord, gonfler l'importance des féministes dans les médias, c'est donner l'impression que la bataille pour l'égalité est gagnée et qu'il s'agit désormais d'une prise de pouvoir politique. Problème: c'est faux. Je sais, c'est hyper décevant, croyez bien que j'en suis la première contrite. Attention, tenez-vous bien: les médias français, y compris de gauche, ne sont pas gangrenés par le féminisme, loin s'en faut. Nous n'avons pas pris le pouvoir. Nous ne nous réunissons pas sur le toit de l'immeuble du Monde ou de TF1 pour déguster de la fricassée de couilles trempée dans du sang menstruel. La réalité est bien plus banale.

Et là, c'est le deuxième temps: on a l'impression que vous décrivez des femmes en situation de pouvoir, qui étendraient leurs tentacules dans tous les médias. Ça, c'est profondément méconnaître la situation économique de ces personnes. Dans le graphique, plusieurs ne sont même pas salariées: elles sont pigistes. Leur véritable situation, c'est la précarité.

L'impression d'ensemble que donne cet article est fausse, parce qu'il occulte totalement le fait que le journalisme reste un milieu dominé par les hommes, où les femmes ont des postes moins importants, plus précaires et moins bien rémunérés. Non, nous ne contrôlons pas les médias. Malheureusement.

Bref, la terreur féministe que vous décrivez, ce sont avant tout des personnes qui ont des convictions qu'elles défendent, qui reposent sur l'idée de mieux traiter toutes celles et tous ceux que l'on appelle «les autres». La terreur féministe, ce sont des personnes qui boivent des demis en rêvant du jour où les dominations seront abolies, où les gens pourront être et faire ce qu'ils veulent dans le respect des autres. Brrr... Ça fait peur.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Titiou Lecoq

Newsletters

«Sibyl», un film qui montre enfin les femmes dans toute leur complexité

«Sibyl», un film qui montre enfin les femmes dans toute leur complexité

Dans son nouveau long-métrage, Justine Triet crée un des plus beaux et complexes personnages féminins du cinéma. Une révélation du Festival de Cannes.

Simonne Mathieu, la joueuse et militaire tempétueuse célébrée par Roland-Garros

Simonne Mathieu, la joueuse et militaire tempétueuse célébrée par Roland-Garros

Le nouveau court de Roland-Garros met à l'honneur une icône du tennis féminin français, qui fut également capitaine des Forces françaises libres.

La Coupe du monde féminine de football, un autre observatoire des inégalités

La Coupe du monde féminine de football, un autre observatoire des inégalités

L'exemple de l'équipe jamaïcaine, abandonnée par sa fédération, est particulièrement révélateur.

Newsletters