Santé / Culture

Au Moyen Âge, les médecines alternatives concurrençaient déjà la médecine scientifique

Temps de lecture : 3 min

Homéopathie, acupuncture, ostéopathie… des «fakemeds» dénoncées comme fausses médecines. Déjà à l'époque médiévale, les médecins étaient confrontés à des pratiques concurrentes.

Médecin laissant couler le sang d'un patient. | Peter Isotalo via Wikimedia Commons
Médecin laissant couler le sang d'un patient. | Peter Isotalo via Wikimedia Commons

Homéopathie, acupuncture, ostéopathie… ces médecines dites alternatives, complémentaires ou parallèles, sont depuis plusieurs mois dénoncées par des professionnel·les de santé, qui les qualifient de «FakeMeds», «fausses médecines». Ce débat n'est pas neuf: déjà à l'époque médiévale, les médecins étaient confrontés à des pratiques concurrentes. Comme aujourd'hui, elles avaient leurs partisans et leurs détracteurs.

La médecine: un moyen parmi d'autres

Au Moyen Âge, on ne fait pas nécessairement appel au médecin lorsqu'on tombe malade. Dans les zones rurales, on préfère souvent des soins qu'on pense plus efficaces, plus rapides ou plus économiques. On peut porter sur soi des talismans qui apportent la guérison, ou des amulettes qui protègent des maladies. La prière fait aussi partie des pratiques thérapeutiques: il est rare qu'on s'adresse directement à Dieu (qui a sans doute deux-trois dossiers plus urgents à traiter), mais on n'hésite pas à implorer différents saints, en fonction du martyre qu'ils ont subi. Parce qu'elle a réussi à s'extirper du ventre du dragon qui l'avait avalée, sainte Marguerite d'Antioche est ainsi associée aux accouchements.

Les malades se tournent aussi vers des guérisseurs et guérisseuses, souvent illettrées, mais qui ont acquis un savoir oral et empirique, fondé sur l'observation et l'expérience. Rebouteux qui redressent les os, bergers qui connaissent les plantes médicinales, femmes expérimentées qui accouchent leurs voisines… Le profil de ces soignant·es est extrêmement varié et leur pratique peu encadrée, malgré les ordonnances royales visant à la contrôler. De quoi agacer le médecin, qui avec l'essor des universités au XIIIe siècle, cherche de plus en plus à se définir comme un scientifique (vir scientificus).

Les médecins les détestent

Les textes expriment donc une certaine méfiance envers les individus qui n'ont pas reçu de formation médicale. Exemple avec les vetulae (littéralement les «petites vieilles»): détentrices de recettes pas si éloignées de nos remèdes de grand-mère, elles ressemblent quand même beaucoup à des sorcières, comme le suggère (pas très) subtilement Sebastian Brant dans sa Nef des fous (1494): «Nous sommes si abusés que nous croyons le conseil d'une vieille et ses herbes cuites sur les rivages de la Thessalie plutôt que les bons médecins.»

Même constat chez Henri de Mondeville, chirurgien du XIVe siècle: le peuple est tellement crédule qu'il fait confiance au premier venu capable de s'improviser médecin. En effet, les charlatans qui se vantent de pouvoir tout guérir ne manquent pas. Certains sont dangereux: Grégoire de Tours (539-594) rapporte qu'un dénommé Didier étirait les membres de ses patients paralytiques jusqu'à ce que les malheureux soient «guéris ou morts»… D'autres paraissent plus inoffensifs, comme ces imposteurs décrits par le médecin Antonio Guaineri au début du XVe siècle:

«Ils affirment qu'à partir des urines non seulement ils savent si la femme est enceinte, mais encore si elle l'avait déjà été auparavant, combien d'enfants elle a, si elle a eu un autre mari, si son père et sa mère sont encore en vie, et bien d'autres affirmations de ce genre!»

Plus précis que nos tests de grossesse actuels... Plus sérieusement, les charlatans copient ici la marque de fabrique des médecins, l'uroscopie, c'est-à-dire l'observation des urines. C'était bien la peine de suivre tous ces cours à la fac de médecine.

Le savoir populaire, une «fakemed»?

On l'a compris, les médecins ne voient pas toujours d'un très bon œil ceux qui leur font concurrence. Mais ils ne rejettent pas en bloc les remèdes magiques ou populaires. C'est le cas de Gilbert l'Anglais au XIIIe siècle:

«La veille de la Saint Jean-Baptiste, un homme âgé d'au moins 20 ans doit, avant la troisième heure du jour, arracher avec la racine, d'abord la grande consoude, puis la petite consoude, tout en récitant trois fois le Notre Père. […] En silence, il doit tracer, avec leur sève, les mots suivants sur un parchemin: “Le seigneur a dit croissez † uehihoch † et multipliez-vous chabathay † et remplissez la terre amath”.»

Comble de l'efficacité, ce talisman permet même de choisir le sexe de son futur enfant! Vous voulez un garçon? Il suffit que Monsieur le porte pendant les galipettes. Et vice versa si on souhaite une fille.

Alors, méthode miracle? Pas du tout, selon Antonio Guaineri, qui reprend, pour la forme, le remède de Gilbert, «même s'il est complètement inefficace». Il admet malgré tout qu'il est possible qu'il fonctionne, à condition d'y croire (un peu notre effet placebo). Et le médecin italien d'ajouter plus loin que les malades peuvent bien se soigner à coup d'incantations si cela leur chante… mais qu'elles ne sont pas du ressort de l'homme de science. Troublant écho d'une querelle sans cesse réactivée et qui oppose différentes conceptions du soin.

Estela Bonnaffoux

Nonfiction Le portail des livres et des idées

Newsletters

Le télétravail génère du stress et un manque de confiance en soi

Le télétravail génère du stress et un manque de confiance en soi

On pense souvent aux côtés positifs du travail à distance, moins aux aspects négatifs.

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Comment le corps humain gère-t-il un vol d'avion de vingt heures?

Des scientifiques vont l'observer pour la première fois.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Newsletters