Parents & enfants

Les prénoms inspirés de «Game of Thrones» n'ont jamais été aussi populaires

Temps de lecture : 2 min

Khaleesi, Tyrion, à table.

Baby Dragon | Robin Taylor via Flickr CC License by
Baby Dragon | Robin Taylor via Flickr CC License by

Il est probable que vous ayez entendu parler de Game of Thrones, la série regardée par tout le monde, y compris par les gens qui ne regardent pas de séries. L'univers créé par George R.R. Martin devrait laisser une trace durable, comme le prouvent les dernières statistiques effectuées sur les prénoms des nouveaux-nés américains.

Selon NBC News, environ 4500 enfants nés aux USA en 2018 (soit un peu plus d'un bébé sur 1000) ont reçu un prénom provenant de la série, et tout cela sans compter les Jon et les Jaime, qui étaient déjà relativement courants avant que messieurs Snow et Lannister ne fassent leur première apparition à l'écran. En 2017, il y avait environ 3800 bébés estampillés Game of Thrones, et 3200 en 2016. Le nombre est en constante augmentation depuis 2014, première année pour laquelle on dispose de chiffres.

Le prénom le plus donné est sans conteste Arya, avec 2545 occurrences. La médaille d'argent est pour Khaleesi, avec 560 bébés portant ce prénom... ce qui n'inclut pas les dix-neuf Caleesi, ni les cinq Khaleesie, avec un -e final certainement destiné à insister sur le genre féminin du bébé.

Où est Hodor?

Troisième position pour Yara, donné 434 fois, et Lyanna, 319 fois. Suivent Shae et Renly, qui dépassent la centaine, puis Jory, Tyrion, Brienne, Jorah, Sansa, Catelyn, Allaria, Oberyn, Nymeria, Ramsay, Theon, Aerys, Gregor, Shireen, Talisa, Sandor, Khal, Olenna, Rennick, Daenerys, Bran, Beric, Brynden, Myranda, Bronn, Samwell, Myrcella, Aegon, Benjen, Ghita, Martyn et Meryn. Ces derniers prénoms n'ont pas été donnés plus d'une demi-douzaine de fois.

On remarque par exemple l'absence troublante de Hodor ou de Joffrey. Quant à Cersei, si elle n'apparaît pas dans la liste 2018, NBC News signale que le prénom avait été donné à onze reprises en 2017, ce qui constitue un record de son nombre d'occurrences depuis... 1880.

Slate.fr

Newsletters

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

Google peut-il aider à réduire le taux de suicide chez les jeunes LGBT+?

La firme américaine est en train de développer des outils dans ce but.

Donner son utérus à une autre femme: «c'était mon but d'aider quelqu'un»

Donner son utérus à une autre femme: «c'était mon but d'aider quelqu'un»

Heather Bankos est la 70ème femme dans le monde à faire don de son utérus.

Une énième réforme de l'enseignement des langues au lycée est-elle (vraiment) indispensable?

Une énième réforme de l'enseignement des langues au lycée est-elle (vraiment) indispensable?

La formation et le recrutement du personnel enseignant s'apprêtent à subir une nouvelle réforme.

Newsletters