Culture

Plus d'un million de personnes apprennent une langue parlée uniquement dans «Game of Thrones»

Temps de lecture : 2 min

Des cours pour maîtriser le haut valyrien, une langue fictive spécialement créée pour la série, sont disponibles en ligne.

Dans «Game of Thrones», Missandei, traductrice et conseillère de Daenerys, parle dix-neuf langues. | Capture d'écran via YouTube
Dans «Game of Thrones», Missandei, traductrice et conseillère de Daenerys, parle dix-neuf langues. | Capture d'écran via YouTube

«Dracarys», «Me nem nesa», «Mhysa»… Si vous ne regardez pas Game of Thrones, ces mots ne vous disent probablement rien. Si vous êtes en revanche fan de la série d'HBO, vous aurez sans doute reconnu les termes propres au haut valyrien, au dothraki ou au vieux ghiscari, des langages inventés de toutes pièces par des linguistes à la demande de la production, que des milliers de personnes essayent aujourd'hui de maîtriser.

Face à l'engouement sur les forums spécialisés, la plateforme d'apprentissage de langues Duolingo a lancé dès 2017 un cours consacré au haut valyrien, le plus noble des dialectes valyriens, celui parlé par Daenerys.

Réactualisé en 2019, à quelques jours du début de la saison 8 de Game of Thrones, le cours compte aujourd'hui plus de 1,2 million d'inscrit·es. Il est particulièrement populaire au Royaume-Uni, où il réunit près de 100.000 personnes, soit plus que le nombre de Britanniques avides d'apprendre l'irlandais ou le gaélique écossais.

2.000 mots officiels

Le linguiste David Peterson a créé plus de cinquante langues fictives, principalement pour le cinéma et la télévision. C'est à lui que l'on doit les langues entendues sur Essos et Westeros, les deux continents sur lesquels se déroulent l'action de Game of Thrones.

Il a construit le valyrien comme une langue réelle, imaginant sa grammaire et ses règles à partir de la poignée de mots et de phrases que l'auteur George R. R. Martin avait inclus dans ses livres, comme «Valar morghulis» («Tous les hommes doivent mourir») ou «Valar dohaeris» («Tous les hommes doivent servir»). Pour la série, David Peterson a également créé le dothraki, qui compte environ 4.000 mots officiels, contre 2.000 pour le valyrien.

Les langages de l'univers imaginé par George R. R. Martin ne sont pas les seuls à fasciner les fans. Depuis les années 1990, le klingon de Star Trek fait l'objet d'un véritable culte. Son créateur, Mark Okrand, continue même d'imaginer de nouveaux mots.

À ses côtés figurent le Na'vi, dialecte du film Avatar de James Cameron, et la langue elfique imaginée par J. R. R. Tolkien pour Le Seigneur des anneaux. À l'instar du valyrien, ces trois langues fictives sont elles aussi disponibles sur la plateforme Duolingo.

«Étudier une langue que personne ne parle ne va pas vraiment vous aider à communiquer avec quelqu'un d'autre, reconnaît David Peterson. Mais cela améliore votre capacité à apprendre un autre langage: vous entraînez la même partie de votre cerveau. Et plus vous maîtrisez de langues, plus il est facile d'en étudier d'autres.»

Newsletters

Quand Tolkien exprimait son «dégoût sincère» pour le style de Disney

Quand Tolkien exprimait son «dégoût sincère» pour le style de Disney

D'un côté il y aurait le raffinement, de l'autre la vulgarité. Ce préjugé détermine encore la mauvaise réputation dont pâtit le producteur américain dans les milieux éducatifs.

Hors-série d'été: faut-il du courage pour être un homme?

Hors-série d'été: faut-il du courage pour être un homme?

Ce second épisode hors-série estival de Mansplaining est l'occasion de célébrer le vingtième anniversaire d'un formidable thriller psychologique, doublé d'une étude remarquable sur la masculinité hégémonique : Harry, un ami qui vous...

En Arabie saoudite, les droits des femmes entre deux eaux

En Arabie saoudite, les droits des femmes entre deux eaux

Il aura fallu attendre 2012 pour qu’un premier long métrage soit officiellement produit et tourné en Arabie Saoudite: Wadjda, récit sur une saoudienne de 12 ans qui rêve de s’acheter un vélo. Récompensé dans de nombreux festivals, il était...

Newsletters