Monde

«Arbeit macht frei»: le vol commandité par un néonazi suédois?

Temps de lecture : 2 min

Marcin A., 29 ans, attend d'être jugé dans la prison de la rue Montelupich à Cracovie, un bâtiment où la Gestapo a torturé et assassiné des prisonniers, et où la justice polonaise a pendu les gardes SS du camp de concentration d'Auschwitz après la Seconde guerre mondiale.

Au pire des cas, il écopera d'une peine de 10 ans de prison pour avoir participé au vol d'un «objet d'une importance culturelle particulière», rapporte l'édition internationale en ligne du Spiegel. C'est de cette manière que les policiers décrivent le signe «Arbeit macht frei» qui avait été dérobé le 18 décembre.

Quelques jours après le vol, cinq hommes étaient arrêtés, tous connus des services de police locaux comme étant des voleurs et des cambrioleurs portés sur la bouteille. Mais selon les éléments de l'enquête, il semblerait que les hommes avaient un commanditaire, et les procureurs de Cracovie se soient vite tournés vers Anders Högström, un Suédois qui a crée dans les années 1990 le Front National Socialiste mais s'est depuis publiquement repenti de son passé de néo-nazi.

Les enquêteurs pensent que Högström a paniqué en voyant l'indignation que le vol a provoqué, et a dénoncé son contact polonais en essayant de se faire lui-même passer pour un simple intermédiaire. Il est aujourd'hui défendu par un avocat suédois de renom, et la police de son pays doit décider cette semaine s'il sera extradé en Pologne. Quant aux voleurs polonais, leur avocate craint qu'ils ne soient jugés dans un climat politiquement chargé, et compte montrer qu'ils n'étaient pas conscients de la signification de leur butin.

[Lire l'article complet sur spiegel.de]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Le panneau Arbait macht frei à Auschwitz, decafinata, Flickr, CC

Newsletters

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

C'est le deuxième cas de la maladie dans le pays cette année, et le premier décès.

«Le Liban c'est la famille de la France»

«Le Liban c'est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s'est rendu à la capitale à la suite de l'explosion dramatique qui l'a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Les États-Unis connaîtront-ils le destin de la république de Weimar?

Les États-Unis connaîtront-ils le destin de la république de Weimar?

Identification d'un ennemi extérieur, repli identitaire, patriotisme émotionnel... sont souvent à l'origine du déclenchement d'une guerre.

Newsletters