Boire & manger

Le plat du jour au restaurant, une habitude qui rassure

Temps de lecture : 6 min

Parce qu'il n'y a rien de tel qu'une saucisse-purée ou une bonne blanquette de veau.

Au restaurant Drouant, les asperges blanches tièdes, vinaigrette aux agrumes | © Arbes Food
Au restaurant Drouant, les asperges blanches tièdes, vinaigrette aux agrumes | © Arbes Food

Voici cinq restaurants classiques qui proposent un semainier, soit un plat quotidien pour le déjeuner ou le dîner: une garantie de régularité et de fidélité de la clientèle. La blanquette, un must.

Drouant

Venu du Taillevent, le chef Émile Cotte, second d’Alain Solivérès, double étoilé, a dynamisé le restaurant favori des frères Goncourt en accentuant la tradition du plat du jour, une des raisons du succès actuel du restaurant favori des jurés du prix littéraire dont le président Bernard Pivot reste excellent palais. Voici les sept plats du semainier, tous à 24 euros.

Au restaurant Drouant, le filet de bœuf frites, sauce aux poivres rares ou béarnaise | © Arbes Food

• Le veau Marengo, gnocchis, carottes et fenouil le lundi

• Le fritto misto sauce tartare (une assiette rare) le mardi

• Le gratin de coquillettes, jambon de Paris, béchamel au comté et huile de truffe (un plat d’enfance) le mercredi

• Le rognon de veau à la moutarde, estragon, purée (pour les fous des abats) le jeudi

• Le risotto à l’encre de seiche, poulpe, pois gourmands et piquillos le vendredi

• Le tartare de bœuf au couteau, frites et salade le samedi

• Le poulet fermier rôti, frites et salade le dimanche

Au dessert, la tatin aux pommes tiède, un délice (13 euros), le millefeuille à la vanille pour deux si l’on veut (14 euros), la mousse chaude au chocolat noir 70% sorbet cacao (13 euros).

18 rue Gaillon 75002 Paris. Tél.: 01 42 65 15 16. Menus au déjeuner à 36 et 45 euros du lundi au vendredi. Carte de 55 à 70 euros. Terrasse, voiturier expert. Pas de fermeture.

Allard

La mère Allard bourguignonne bon teint, sa belle-fille Fernande et son mari Marcel ont perpétué l’histoire fameuse de ce bistrot du Quartier Latin où l’on entre par la cuisine –les deux salles à manger cosy se trouvent à gauche et à droite des casseroles fumantes où cuisait le veau à la berrichonne lesté d’un œuf, spécialité Allard.

Le Tout Paris des fins becs, de l’Aga Khan à Pierre Daninos en passant par l’éditeur Jean-Claude Lattès ont eu leur rond de serviette dans cette table étoilée après la guerre –un exploit.

Au restaurant Allard, canard de Challans aux olives | © Pierre Monetta

Après des années troubles et une chute de la fréquentation, Alain Ducasse a redonné vie à ce bistrot fameux dont les plats du jour représentent l’essentiel de la cuisine des provinces françaises mitonnée par Fanny Herpin, une cuisinière qui a fait évoluer les recettes ancestrales, allégées du répertoire d’antan.

• Le cassoulet aux six viandes façon Fernande Allard, haricots tarbais le lundi (28 euros)

• Le poulet au vin jaune le mardi (26 euros)

• Les rognons de veau sauce moutarde, haricots verts, pommes grenailles le mercredi (28 euros)

• Le navarin d’agneau, légumes de saison le jeudi (24 euros)

• Les petits rougets au beurre blanc le vendredi (42 euros)

• L’entrecôte de bœuf béarnaise, pommes grenailles le samedi (36 euros)

• La pintade fermière aux lentilles, sauce aux abats le dimanche (78 euros pour deux)

Au dessert, les profiteroles au chocolat chaud (12 euros), l’île flottante à la vanille (10 euros).

41 rue Saint-André-des-Arts 75006 Paris. Tél.: 01 43 26 48 23. Menu au déjeuner à 34 euros du lundi au vendredi. Carte de 65 à 95 euros. Pas de fermeture.

Lazare

Le normand Éric Fréchon, maestro triple étoilé du Bristol, a été le premier chef français à repenser les nourritures de gare, et Lazare dans la galerie marchande de la SNCF est une excellente adresse. Des client·es du quartier viennent tous les jours pour les plats du semainier, certains d’anthologie comme la saucisse purée inégalée (21 euros). Voici les plats du jour, tous à 20 euros.

Au restaurant Lazare, poitrine de cochon grillée | © Lazare

• La quenelle de brochet sauce Nantua le lundi

• La poitrine de cochon grillée aux herbes, purée moutardée le mardi

• Le saumon à la plancha, salade de tétragones au curry le mercredi

• La volaille fermière braisée au vin jaune, légumes de printemps le jeudi

• La brandade de morue gratinée le vendredi

• Le croque-monsieur au beurre de truffe noire le samedi

• Le poulet rôti de ma grand-mère le dimanche ou le déjeuner de famille (39 euros)

Au restaurant Lazare, poulet façon grand-mère | © Lazare

Au dessert, le chou au pralin, glace vanille, sauce chocolat (10 euros), le Paris-Deauville (9 euros).

Parvis de la gare Saint-Lazare, rue intérieure 75008 Paris. Tél. : 01 44 90 80 80. Carte de 37 à 72 euros. Pas de fermeture.

Le Coq Rico

En haut de la Butte Montmartre, en face du Moulin de la Galette, l’alsacien Antoine Westermann a inventé un bistrot chaleureux voué aux volailles de la noble basse-cour –une idée de grand cuisinier. Canetons, pintades, volailles fermières sont rôtis à la broche à côté des spécialités rares comme les beignets de volaille, les Saint-Jacques au magret fumé et le délicieux vol-au-vent aux écrevisses, une très belle partition.

Au restaurant Coq Rico, coquilles Saint-Jacques bardées de magret de canard fumé | © lecoqrico

Les plats du jour à 15 euros, voilà un prix unique à Paris, au choix:

• Le gratin de macaronis à la volaille et salade verte le lundi

• Le plantureux coq au vin et tagliatelles aux œufs le mardi

• Bons baisers de New York, le chiken’chips sauce gribiche le mercredi

• La bouchée à la reine du Coq Rico le jeudi

• Le poisson du jour (cabillaud) rôti aux béatilles, jus vinaigré et purée de pommes de terre le vendredi

Au restaurant Coq Rico, pintade fermière rôtie et purée de pommes de terre | © Gourmets&Co

Le weekend, la carte très gourmande comprend la ballottine de volaille poêlée au citron confit et au basilic, la fricassée d’asperges vertes et fèves (31 euros), le magret de canard vendéen, pommes de terre grenailles à l’estragon (29 euros), le pigeon de renard rouge rôti, gnocchis aux zestes de citron, noisettes caramélisées et tomates confites (34 euros), la poule-au-pot au bouillon de volaille, légumes de saison et riz crémeux (27 euros). Des assiettes quasi parfaites.

Au restaurant Coq Rico, œuf à la coque, mouillettes au beurre de truffe | © Gourmets&Co

Au dessert, l’île flottante du Coq Rico (14 euros), la meringue glacée à la française, sorbet aux fruits rouges et glace vanille (16 euros), le millefeuille au chocolat (14 euros), tout cela envoyé par le chef Yoann Clémot et son équipe. Une des meilleures tables de Paris. Le nom des fournisseurs de volailles et d’œufs bio est inscrit sur la carte. À New York, une version franco-américaine du Coq Rico.

98 rue Lepic 75018 Paris. Tél.: 01 42 59 82 89. Menu au déjeuner à 27 euros en semaine. Carte de 65 à 80 euros. Pas de fermeture.

Champeaux Les Halles

Située dans le Jardin Mandela, en face de l’admirable église Saint-Eustache éclairée la nuit, cette brasserie lumineuse, la première conçue par Alain Ducasse, offre un récital plein de trouvailles gourmandes, à commencer par les soufflés salés, au fromage (10 euros), au homard (16 euros), et sucrés, au chocolat (un rêve), à la vanille et fève tonka (12 euros).

Au restaurant Champeaux, coquillettes au jambon, comté, truffe noire | © Pierre Monetta

Les cinq plats du jour à 22 euros réunissent des classiques de la cuisine française, nombre de client·es viennent pour eux et pour la blanquette.

• La volaille jaune en fricassée, pommes grenailles le lundi

• Le joue de bœuf, carottes fondantes le mardi

• La cuisse de canard en Parmentier le mercredi

• La blanquette de veau à l’ancienne, riz pilaf le jeudi

• Le cabillaud and chips, sauce tartare le vendredi

Excellent choix de premiers plats: les œufs mimosa (8 euros), la soupe à l’oignon (14 euros) et le foie gras de canard confit, fruits secs et pain de campagne (22 euros). Vif succès pour les coquillettes au jambon, comté, truffe noire (20 euros). Et trois sauces pour les quatre pièces de bœuf: aux poivres, béarnaise, à l’échalote. Dans le verre, le Moulin à Vent plaisant de Georges Dubœuf (11 euros le verre).

Au restaurant Champeaux, le Paris-Les-Halles | © Pierre Monetta

Au dessert, la tartelette rhubarbe/fraise (10 euros), le Paris-Les-Halles (10 euros).

La Canopée, Forum des Halles, Porte Rambuteau. Tél.: 01 53 45 84 50. Menus au déjeuner à 28 et 34 euros. Carte de 50 à 65 euros. Bar et terrasse. Pas de fermeture.

Chez André

Le bistrot éternel de cette rue élyséenne aux multiples adresses maintient une longue carte de préparations d’hier, souvent disparues (la salade de lentilles moutardée) et sept plats du jour variés et salivants.

Au restaurant Chez André, merlan en colère sauce tartare | © Gourmets&Co

• La saucisse fraîche au couteau, purée le lundi (17 euros)

• Le foie de veau poêlé à la lyonnaise, pommes sautées le mardi (25 euros)

• Le merlan frit en colère sauce tartare le mercredi (24 euros)

• Le ris de veau doré façon grenobloise, épinards au beurre le jeudi (32 euros)

• La bouillabaisse du chef le vendredi (29 euros)

• Le coq au vin et tagliatelles fraîches le samedi (19 euros)

• L’onglet de bœuf poêlé au poivre vert le dimanche (21 euros)

Au restaurant Chez André, blanquette de veau à l’ancienne | © Gourmets&Co

Service continu. Au dessert, le baba au rhum Saint James (11 euros) et le millefeuille tradition (14 euros).

12 rue Marbeuf 75008 Paris. Tél.: 01 47 20 59 57. Menu à 35 euros. Carte de 45 à 65 euros. Pas de fermeture.

Nicolas de Rabaudy

Newsletters

Le Negresco à Nice et le Martinez à Cannes, hôtels d'exception

Le Negresco à Nice et le Martinez à Cannes, hôtels d'exception

Deux grands hôtels de la Côte d'Azur en pleine lumière.

Boire du saké en terrasse? Et pourquoi pas...

Boire du saké en terrasse? Et pourquoi pas...

En déclin au Japon, cet alcool s’exporte et tente de se réinventer en misant sur le bio et la qualité. En France, les personnes qui en font la promotion sont peu nombreuses mais très optimistes.

Penser au café peut améliorer votre concentration

Penser au café peut améliorer votre concentration

Le simple fait de penser à cette boisson, même sans la boire, vous permettrait d’être plus vigilant·e.

Newsletters