Société

En cas d'urgence, laissez (vraiment) vos bagages dans l'avion

Temps de lecture : 2 min

Les personnes qui s'entêtent à récupérer leurs bagages en situation d’alerte sont une préoccupation majeure pour le personnel de bord chargé d'évacuer les avions.

Récupérer ses bagages lors d'une évacuation s'apparente à une violation du protocole d'urgence. | Suhyeon Choi via Unsplash
Récupérer ses bagages lors d'une évacuation s'apparente à une violation du protocole d'urgence. | Suhyeon Choi via Unsplash

Après l'atterrissage en urgence d'un avion de la compagnie Aeroflot le 5 mai 2019 à Moscou, des vidéos de l'accident relayées sur les réseaux sociaux ont révélé qu'au milieu du chaos, certain·es passagèr·es ont récupéré leurs bagages à main.

L'évacuation a été ralentie par ces individus inconscients, qui bloquaient ceux qui tentaient de sortir de l'avion, raconte Kommersant FM, une station de radio russe. Quarante-et-une personnes sont mortes à l'issue de la catastrophe.

Risque pour la sécurité

Le non-respect de cette consigne de sécurité est devenue une préoccupation majeure pour le personnel de bord qui a pour mission d'évacuer les avions le plus rapidement possible en cas de problème.

Aux États-Unis, ces comportements sont à présent assimilés à un véritable danger. «Nous avons été témoins de ce problème de passagers qui tentent de récupérer leurs bagages en cas d'urgence, et encore récemment lors d'accidents. [...] Ces comportements ont été identifiés comme un risque pour la sécurité par le Conseil national de la sécurité des transports, ce qui a été confirmé par l'Administration fédérale de l'aviation», déplore Sara Nelson, présidente du syndicat de l'Association des agents de bord.

Bien que les accidents du genre soient rares, de nombreuses personnes ont peur de prendre l'avion. Cette crainte découlerait en partie du fait que si quelque chose tournait mal, les passagèr·es ne pourraient rien faire pour s'en sortir, explique The New York Times.

Slate.fr

Newsletters

Dernier jugement

Dernier jugement

«Nous avons arrêté d'habiter ensemble car il se sentait emprisonné»

«Nous avons arrêté d'habiter ensemble car il se sentait emprisonné»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Anna, une jeune femme dont le compagnon refuse toute forme d'engagement et a décrété qu'il ne voulait plus vivre avec elle.

La façon de mener un sondage sur le réchauffement climatique influence les réponses

La façon de mener un sondage sur le réchauffement climatique influence les réponses

C'est ce que démontre une étude américaine.

Newsletters