Culture

Sting, l'artiste engagé qui vend ses services à un dictateur

Temps de lecture : 2 min

Sting, l'ancien chanteur du groupe The Police a été payé plus d'un millions d'euros pour donner un concert organisé en Ouzbékistan par la fille du dictateur Karimov rapporte The Guardian. Karimov est unanimement condamné par les organisations humanitaires comme un tyran brutal qui tolère la torture, organise la répression de l'opposition politique et religieuse de son pays, et figure en bonne position dans le classement des dictateurs les mieux élus.

Le chanteur, dont l'image est celle d'un artiste engagé pour les causes environnementales et humanitaires, a déclaré dans un communiqué que le concert «était sponsorisé par l'Unicef», une nouvelle qu'un porte-parole de l'organisation humanitaire a qualifiée de «plutôt surprenante.»

Sting affirme qu'il est au courant des abus du régime, mais qu'il est contre le boycott culturel qui laisse les pays concernés encore plus renfermés sur eux-mêmes. L'ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan estime quant à lui que les explications de Sting ne sont que des «foutaises transparentes»: «Il n'a pas pris sa guitare pour aller s'éclater dans les parcs de Tashkent, écrit Craig Murray. Il a été payé plus d'un million de livres pour jouer lors d'un évènement destiné à glorifier un régime barbare. Cet homme est-il complètement fou?»

[Lire l'article complet sur guardian.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de Une: Sting en concert, cliff1066TM, Flickr, CC

Newsletters

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Présenté comme une série, «Esterno Notte», de Marco Bellocchio, est un immense film sur les multiples formes de la folie en politique, déployant les ramifications de l'affaire Aldo Moro.

«C'était son baptême du bois de Boulogne, deux mois après son arrivée»

«C'était son baptême du bois de Boulogne, deux mois après son arrivée»

Dans son nouveau livre, le romancier Johann Zarca retrace la trajectoire tragique d'un homme toxicomane et alcoolique qui, la nuit, se mue en prostituée et exerce au bois de Boulogne.

Festival de Cannes, jour 2: Volodymyr Zelensky et Virginie Efira ont ouvert la 75e édition

Festival de Cannes, jour 2: Volodymyr Zelensky et Virginie Efira ont ouvert la 75e édition

Plus que la sympathique comédie «Coupez!», la cérémonie d'ouverture a offert un grand moment d'émotion, inscrit dans la réalité actuelle.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio