Sciences

Le caca d'hippopotame nous aide à respirer

Temps de lecture : 2 min

En augmentant le taux en silicium des lacs et rivières d'Afrique, les selles de ces animaux jouent un rôle-clé pour la planète.

Chaque jour, l'hippopotame engloutit entre 30 et 40 kilos de plantes, herbes, racines et algues riches en silicium. | Stefan Steinbauer via Unsplash
Chaque jour, l'hippopotame engloutit entre 30 et 40 kilos de plantes, herbes, racines et algues riches en silicium. | Stefan Steinbauer via Unsplash

On connaît déjà l'impact nocif sur l'environnemental des flatulences des vaches, mais l'on sait moins que les selles d'hippopotames sont, elles, bénéfiques pour la planète.

D'après une récente étude, publiée dans le journal Science Advances, ces mammifères semi-aquatiques pouvant peser jusqu'à deux tonnes «jouent un rôle-clé dans la circulation du silicium, en agissant comme une pompe terrestre-aquatique».

Le silicium, très utilisé comme composant électronique, alimente également la croissance d'une espèce de micro-algues appelée diatomée, qui extrait le dioxyde de carbone de l'atmosphère et le transforme en oxygène. Bien que les estimations varient, les diatomées seraient responsables de la fabrication d'au moins 20% de l'oxygène disponible sur Terre.

Cette micro-algue, sans laquelle nous aurions beaucoup plus de difficulté à respirer, se développe grâce aux crottes d'hippopotames, puisque ces dernières permettent le transfert du silicium, dont se nourrit les diatomées, de la terre à la rivière.

Même s'il est capable de s'attaquer à des crocodiles, des lions ou des êtres humains, l'hippopotame est, comme le rappelle la journaliste Eleanor Cummins dans son article pour Popular Science, un animal presque exclusivement herbivore. Chaque jour, il engloutit entre 30 et 40 kilos de plantes, herbes, racines et algues: des végétaux riches en nutriments, et notamment en silicium, qui une fois digérés sont rejetés dans la rivière sous forme de déjections.

Si ces excréments, composés d'un mélange toxique d'ammoniac, de méthane et de sulfure d'hydrogène, sont fatals pour les poissons des rivières africaines, comme le révélait une étude des biologistes Christopher Dutton et Amanda Subalusky, ils permettent aussi d'augmenter le taux de silicium présent dans ces lacs et rivières.

Écosystème menacé

Pour étudier le cycle du silicium, Jonas Schoelynck, biologiste à l'université d'Anvers en belgique, et ses collègues ont analysé des échantillons de la rivière Mara, qui traverse la réserve nationale Masai Mara, au Kenya.

Les scientifiques ont comparé la composition chimique de l'eau de cette rivière bondée d'hippopotames avec les habitudes quotidiennes de ces mammifères. Ils en ont conclu qu'en moyenne, les selles d'hippopotames introduisent chaque jour 360 kilos de silicium dans la rivière Mara, soit environ 76% du flux total de la substance dans le cours d'eau.

Nourries en silicium, les diatomées peuvent ensuite proliférer pour fertiliser les sols, en devenant de la terre de diatomée, mais aussi former la base de la chaîne alimentaire, en nourrissant les petits animaux comme les moules, les crabes et les escargots, qui sont à leur tour mangés par de plus gros animaux, tels que les loutres, les tortues et même les êtres humains.

Mais comme bon nombre d'espèces africaines, les hippopotames sont aujourd'hui menacés par la chasse et la perte de leur habitat. Entre 1996 et 2004, leurs populations ont diminué d'environ 20%. Si ces animaux venaient à disparaître, la croissance des diatomées dans les eaux africaines pourrait considérablement diminuer, ce qui pertuberait toute la chaîne alimentaire et déstabiliserait massivement l'écosystème.

Slate.fr

Newsletters

Le cerveau perçoit-il (vraiment) la réalité?

Le cerveau perçoit-il (vraiment) la réalité?

Il existe plusieurs zones de convergence qui lui permettent de rassembler et synchroniser les perceptions.

Comment faire pour se souvenir de ses rêves?

Comment faire pour se souvenir de ses rêves?

Tout dépend du temps que vous mettez à vous endormir ou à vous réveiller.

Un chewing-gum contient le plus ancien ADN humain scandinave

Un chewing-gum contient le plus ancien ADN humain scandinave

Vieux de 10.000 ans, il contribue à comprendre l’itinéraire et le mode de vie des premiers êtres humains de Scandinavie.

Newsletters