France

Scanner corporel: sécurité ou intimité?

Slate.fr, mis à jour le 22.02.2010 à 12 h 42

Un scanner corporel à «ondes millimétriques» sera testé à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle à partir de lundi 22 février. Il sera installé sur les vols à destination des Etats-Unis, et utilisé uniquement sur des volontaires.

«Depuis l’attentat manqué de Noël dernier contre un avion de la Northwest airlines qui reliait Amsterdam à Detroit, ce type d’équipement jusqu’ici regardé avec une certaine méfiance est devenu le «must» de la sécurité aérienne», explique France Info. Le terroriste nigérian portait des explosifs à la jambe, qu'un tel scanner aurait pu déceler.

Intimité

La Ligue des droits de l'Homme (LDH) s'est élevée contre le dispositif de contrôle basé sur le déshabillage artificiel des passagers, qui porte selon l'association «une atteinte à l'intimité et à la vie privée équivalente à une fouille intégrale». Elle «appelle à la plus extrême vigilance» face à une technique «particulièrement inquisitoriale» selon elle.

Le Figaro explique le fonctionnement de l'appareil testé en France ce 22 février. L'agent voit à l'écran un androïde en trois dimensions, dont il ignore l'identité et qu'il ne peut reconnaître dans la vraie vie puisqu'il se trouve dans une position telle, par rapport au portique, qu'il ne voit pas les vrais passagers. «Les parties génitales et le visage seront floutés sur l'écran», précise le quotidien. Cette représentation shématique est recommandée par l'ensemble des CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) européennes.

Il existe cependant d'autres types d'appareils — dont certains, utilisant le système X-Ray, comme dans les systèmes d'inspection de bagages, pénètrent sous la peau et peuvent être nocifs pour la santé.

Union Européenne

L'Union Européenne, qui s'est penchée sur la question, est encore indécise. Déjà en place dans certains pays, comme la Grande-Bretagne (où il est obligatoire), il n'est pas encore adopté par tous.

Les scanners eux-mêmes suscitent des dissensions. «Il faut cesser de donner l'impression que les scanners corporels sont 100 % fiables. Parfois, les objets sont dans le corps et non sur le corps», s'est emporté le Néerlandais Saïd El Khadraoui (Socialistes et démocrates), faisant référence à la possibilité d'ingérer des substances explosives. «C'est la première fois que des radiations ionisantes sont imposées à des gens», s'est aussi inquiète le Britannique Charles Tannock (Conservateurs et réformateurs européens), pointant les dangers pour la santé.

Image de Une: Un scanner corporel Phil Noble/Reuters

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

LIRE EGALEMENT: «11 septembre: les fous de Dieu ne sont pas des criminels de génie», «Cinq mythes sur la lutte contre le terrorisme», «Roissy Charles-De Gaulle: le pire aéroport du monde?»

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte