Sciences

De la cocaïne retrouvée sur des crevettes d'eau douce britanniques

Temps de lecture : 2 min

Prélevées dans la campagne anglaise, elles contenaient différentes drogues, dont des pesticides interdits.

Les crustacés issus de l'espèce Gammarus Pulex ont été extraits du comté de Suffolk, au nord-est de Londres. | MdE via Wikimedia Commons
Les crustacés issus de l'espèce Gammarus Pulex ont été extraits du comté de Suffolk, au nord-est de Londres. | MdE via Wikimedia Commons

C'est une nouvelle pour le moins déconcertante: des traces de cocaïne, de pesticides et d'autres contaminants ont été détectées dans des crevettes d'eau douce au Royaume-Uni, selon une étude publiée dans la revue Environment International.

À l'initiative d'une équipe de recherche du King's College de Londres, ces travaux scientifiques s'appuient sur l'analyse de différents échantillons de crevettes. Prélevés dans quinze localités du nord-est de Londres, les animaux ont été testés afin de déterminer l'étendue de la présence de contaminants en milieu aquatique.

Probablement sans effet

On apprend ainsi que de la cocaïne a été retrouvée en petite quantité sur l'ensemble des prélèvements effectués dans les localités du comté du Suffolk. L'étude indique que la concentration de cocaïne est stable dans l'ensemble des zones «montrant une contamination généralisée».

D'autres substances ont été identifiées, dont la lidocaïne, principalement utilisée comme anesthésique local et parfois comme produit de coupe de la cocaïne, deuxième substance la plus fréquemment retrouvée. De la kétamine ou encore du fénuron, un pesticide interdit outre-Manche, ont également été décelés sur les petits crustacés.

La présence de ces substances peut sembler alarmante, mais «pour beaucoup d'entre elles, la possibilité qu'elles aient un effet est probablement faible», précise toutefois Thomas Miller, chercheur en toxicologie environnementale au King's College.

«Une telle présence de drogues dans la faune était surprenante. Nous pourrions nous attendre à les voir dans des zones urbaines telles que Londres, mais pas dans des plus petits bassins en milieu rural», note Leon Barron, spécialiste en chimie environnementale et membre du projet de recherche.

Slate.fr

Newsletters

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Le scientifique pakistanais a contribué à la découverte majeure du boson de Higgs. Mais dans son pays d'origine, rares sont les personnes qui lui rendent hommage.

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

En étudiant l'ADN de plus de quatre millions d'individus, des scientifiques découvrent que de nombreuses personnes vivent avec des anomalies chromosomiques non détectées.

Antarctique, la fin du miracle français?

Antarctique, la fin du miracle français?

Alors que la course au pôle Sud bat son plein, la politique française appliquée dans la zone stagne dangereusement.

Newsletters