Monde

Donald Trump renforce les protections du personnel soignant qui refuse de pratiquer l'IVG

Temps de lecture : 2 min

Les hôpitaux devront respecter les objections religieuses de leurs employés, sous peine de perdre des financements publics.

Donald Trump lors du National Day of Prayer, à Washington, le 2 mai 2019. BRENDAN SMIALOWSKI / AFP
Donald Trump lors du National Day of Prayer, à Washington, le 2 mai 2019. BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

À l'occasion de la Journée nationale de prière, le président américain Donald Trump a annoncé une expansion de la clause de conscience permettant aux personnels soignants de refuser d'effectuer certaines procédures comme l'avortement, le suicide assisté et la stérilisation. Dans le cadre de ce nouveau règlement, les professionnels de santé auront même le droit de refuser d'orienter les patientes vers des médecins qui effectuent des avortements si cela est contraire à leur foi.

«Nous venons de finaliser de nouvelles protections des droits de conscience des médecins, pharmaciens, infirmiers, enseignants, étudiants et associations religieuses. Cela faisait très longtemps qu'ils attendaient cela», a déclaré le président Trump.

Selon ces règles, les institutions qui ne respecteraient pas les objections religieuses de leur personnel pourraient perdre leurs financements publics.

Une décision «immorale et profondément discriminatoire»

La cheffe des Démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a qualifié cette décision d'«immorale et profondément discriminatoire». Le procureur général de San Francisco a déjà annoncé que la ville intenterait un procès contre ces nouvelles règles, jugées contraires à la Constitution américaine.

Au ministère de la Santé, l'administration Trump a mis en place une nouvelle section qui se spécialise dans ces cas de conscience et la liberté religieuse. Les plaintes d'employés cherchant à faire valoir leur droit de refuser certains soins ont récemment explosé: 343 cette année fiscale, comparé à une seule plainte par an environ pendant la présidence de Barack Obama.

Le directeur de cette section du ministère de la Santé, Roger Severino, a expliqué que «les personnes et les organisations ne doivent pas être obligées de renoncer à leurs croyances religieuses seulement pour aider les autres dans le domaine de la santé.»

Lorsqu'un journaliste a demandé à Severino ce que les patients dans des zones isolées feraient si un médecin refusait d'effectuer certains traitements, il a évité de répondre directement et juste précisé que «les patients veulent des docteurs qui correspondent à leurs valeurs».

Slate.fr

Newsletters

Interro surprise: vous êtes président des États-Unis et vous devez dissuader l'allié turc d'envahir le Kurdistan

Interro surprise: vous êtes président des États-Unis et vous devez dissuader l'allié turc d'envahir le Kurdistan

Vous avez deux heures.

Un complotiste condamné à dédommager le père d'une victime de fusillade

Un complotiste condamné à dédommager le père d'une victime de fusillade

L'auteur d'un livre niant la réalité de la fusillade de Sandy Hook devra payer plusieurs centaines de milliers de dollars au père d'un enfant décédé ce jour-là.

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Le scientifique pakistanais a contribué à la découverte majeure du boson de Higgs. Mais dans son pays d'origine, rares sont les personnes qui lui rendent hommage.

Newsletters