Boire & manger / Société

Le (vrai) test pour savoir si vous êtes authentique

Temps de lecture : 2 min

Si vous choisissez votre burrata en fonction de son potentiel Instagram ou que vous fuyez les touristes où que vous alliez, il est temps de mesurer votre degré d'authenticité.

«Pour affronter sereinement ce nouveau stade hipster du capitalisme, je vous propose un petit test pour évaluer votre rapport à la quête d'authenticité.» | Brent Gorwin Unsplash
«Pour affronter sereinement ce nouveau stade hipster du capitalisme, je vous propose un petit test pour évaluer votre rapport à la quête d'authenticité.» | Brent Gorwin Unsplash

Après des décennies de standardisation, l’heure est aux expériences authentiques. Si ce n'est qu'Airbnb, Instagram, les restaurants à la mode et le marketing de la ville cool sont en passe de transformer ce marché du vrai en une véritable industrie. Dans No fake paru aux Éditions Arkhê, Jean-Laurent Cassely tente de répondre au malaise qui touche plusieurs générations tiraillées entre l’appel de la modernité et cette course effrénée à l’authenticité. L'auteur s'interroge: et si une identité parodique, ironique et instagrammable valait (quand même) mieux que pas d’identité du tout? À l’occasion de la sortie du livre, Slate vous propose un test pour vous situer sur l'échelle de «l'authenticité vraie».

Vous en avez assez des restaurants qui rendent hommage aux recettes de la mamie du chef tatoué? Vous vous demandez parfois si vous évoluez dans un épisode de Black Mirror dont les murs de brique de Brooklyn et les ampoules à filament seraient le décor dystopique?

Vous faites une overdose d'épiceries de cagettes de légumes moches tenues par d'ancien·nes consultant·es en quête de sens?

Le Courtepaille de périphérie vous semble plus authentique que la dernière adresse à la mode du quartier en voie de gentrification de votre métropole préférée?

Bienvenue dans un monde où tout sonne trop vrai... Pour affronter sereinement ce nouveau stade hipster du capitalisme, je vous propose un petit test pour évaluer votre rapport à la quête d'authenticité.

«Dans le monde inversé, le vrai est un moment du fake»

Ce test est inspiré de No Fake, Contre-histoire de notre quête d'authenticité, un essai qui parle des coffee shop et des restaurants de pizza qui se ressemblent tous, des troquets dans leur jus qui proposent l'atmosphère des films de Jean Gabin mais sans le gluten, des posts Instagram de café latte, de la IPA, de la culture hipster, de la brooklynisation du monde, du Truman Show, de l'urbanisme Disney, de Stranger Things, de Black Mirror, de la «France moche», des banlieues pavillonnaires, des villes nouvelles, de la signalétique autoroutière, des ronds-points, des non-lieux des années 1990, des romans de Michel Houellebecq, de la société de l'information, de l'imaginaire touristique, de la vaporwave, du Minitel, des années 1980, des centres commerciaux, des aéroports, de Courtepaille, de L'Ère du vide, de La Fin de l'histoire, de No Logo, du postmodernisme, de la mondialisation, de la nouvelle société de consommation et surtout de l'ironie suprême d'une course à l'authenticité qui s'est transformée en nouvel âge du fake.

Car pour paraphraser Guy Debord, qui ne buvait pas que du flat white, «dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du fake». Et inversement. Enfin si j'ai bien compris.

Newsletters

Avoir des enfants change le rapport à l'alcool

Avoir des enfants change le rapport à l'alcool

Devenir parent, c'est parfois arrêter de boire (ou limiter fortement sa consommation). Sans forcément l'avoir prémédité.

La France du pain est coupée en deux

La France du pain est coupée en deux

Entre néo-méthodes traditionnelles au levain naturel et façonnage inspiré par la grande distribution en périphérie, l'artisan standard de centre-ville a du souci à se faire.

Bonnes tables de la rentrée parisienne, bistrots et brasseries

Bonnes tables de la rentrée parisienne, bistrots et brasseries

Et la cheffe Stéphanie Le Quellec, à deux pas de l'Élysée, probablement double étoilée en 2020.

Newsletters