Santé / Sciences

Y a-t-il un lien entre médicaments anti-infectieux et troubles alimentaires?

Temps de lecture : 2 min

Une étude révèle que les adolescentes victimes d'infections graves ou répétées dans leur enfance ont un risque accru de devenir anorexique ou boulimique.

Les antibiotiques représentent la majorité des médicaments anti-infectieux prescrits. | 
freestocks.org via Unsplash
Les antibiotiques représentent la majorité des médicaments anti-infectieux prescrits. | freestocks.org via Unsplash

Les adolescentes qui ont été touchées par des infections graves ou répétées durant leur enfance courraient plus de risques de développer des troubles alimentaires, selon une étude publiée dans la revue JAMA Psychiatry.

Menée par une équipe de recherche internationale, cette enquête s'appuie sur le suivi de près de 500.000 filles, toutes nées au Danemark entre 1989 et 2006. Les scientifiques ont enregistré toutes leurs ordonnances prescrivant des antibiotiques ou d'autres médicaments anti-infectieux, ainsi que l'historique de leurs hospitalisations pour infections jusqu'en 2012.

Raisons encore inconnues

D'après les recherches, 4.240 diagnostics de troubles de l'alimentation ont été enregistrés pendant la période de contrôle. Comparées aux jeunes femmes qui n'avaient jamais été hospitalisées, celles qui l'avaient été présentaient 22% de risques supplémentaires de développer une anorexie, 35% de développer une boulimie et 39% d'être affectées par d'autres troubles alimentaires.

Plus une adolescente était touchée par une maladie infectieuse ou hospitalisée, plus les risques de développer un trouble alimentaire étaient élevés.

Il s'agit ici d'une étude d'observation, qui ne permet pas de déterminer l'origine de ces risques liés à la prise de médicaments anti-infectieux. L'équipe scientifique reconnaît que d'autres mécanismes, tels que des facteurs génétiques, le stress, ou encore l'anxiété, pourraient augmenter le risque de troubles de l'alimentation et d'infections, rapporte le New York Times.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Si les raisons exactes sont encore inconnues, d'éventuelles pistes ont été soulignées. «Il se pourrait que les agents anti-infectieux perturbent les microbes dans l'intestin. Changer le microbiome pourrait affecter les comportements via la connexion de l'intestin au cerveau par le nerf vague», explique Lauren Breithaupt, coautrice de l'étude et chercheuse à Harvard.

Newsletters

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Selon une nouvelle étude impliquant près de 1.800 participants, un manque de sommeil aigu à l'âge adulte participerait au développement de troubles de la concentration et de la mémoire.

Pourquoi certains gros fumeurs n'auront-ils jamais de cancer du poumon?

Pourquoi certains gros fumeurs n'auront-ils jamais de cancer du poumon?

Selon une récente étude, la réponse à cette question pourrait bien se trouver dans l'ADN.

Variole du singe: devons-nous craindre une nouvelle pandémie?

Variole du singe: devons-nous craindre une nouvelle pandémie?

Différents scénarios sont envisageables, qu'il importe de tous prendre en compte dès maintenant.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio