Santé / Sciences

Faire du sport booste le cerveau et la mémoire

Temps de lecture : 2 min

Encore une bonne raison de ne pas sécher votre séance.

Les scientifiques souhaitent poursuivre les recherches et déterminer quels exercices améliorent le plus notre mémoire. | Annie Spratt via Unsplash
Les scientifiques souhaitent poursuivre les recherches et déterminer quels exercices améliorent le plus notre mémoire. | Annie Spratt via Unsplash

Faire de l'exercice est non seulement bon pour la santé, mais aurait aussi des effets positifs sur le fonctionnement de notre cerveau et celui de notre mémoire, rapporte une étude publiée dans la revue Journal of the International Neuropsychological Society.

Ces travaux de recherche, menés par une équipe de scientifiques américain·es de l'Université du Maryland, s'appuient sur l'étude de vingt-six femmes et hommes en bonne santé âgés de 55 à 85 ans. Les volontaires ont été invité·es à se rendre à deux reprises dans un laboratoire d'exercices, soit pour s'y reposer, soit pour y pratiquer trente minutes de vélo.

Après ce moment de détente ou de plein effort, ils ont passé un scanner cérébral tout en regardant une liste de noms défiler sur un écran d'ordinateur, parmi lesquels figuraient des noms de célébrités mais également ceux d'anonymes issus d'un annuaire téléphonique local.

Les volontaires ont été invités à appuyer sur une touche de l'écran dès lors qu'ils avaient reconnu le nom d'une célébrité. Et inversement, à l'aide d'une autre touche, si le nom leur était inconnu. Pendant ce temps, les scientifiques ont analysé leur activité cérébrale et particulièrement celle des zones du cerveau impliquées dans le traitement de la mémoire sémantique.

Des résultats inattendus

«Les scientifiques s'attendaient à ce que les régions du cerveau liées au travail sur la mémoire sémantique soient relativement calmes après l'effort physique, tout comme après des semaines de travail», commente J. Carson Smith, superviseur de l'étude et professeur agrégé de kinésiologie à l'Université du Maryland. Mais c'est tout le contraire qui s'est produit. Les parties du cerveau les plus impliquées dans la mémoire sémantique étaient beaucoup plus actives après l'exercice physique qu'après une phase de repos.

«Lorsque les gens commencent à faire de l'exercice, leurs muscles se contractent et brûlent de l'énergie. À mesure qu'ils deviennent plus en forme, ces mêmes muscles réagissent plus efficacement, utilisant moins d'énergie pour la même activité», précise le professeur Smith dans le New York Times.

En d'autres termes, cela signifie que notre cerveau et plus spécifiquement notre mémoire s'améliorent grâce à l'activité physique.

Cette étude menée à court terme ne détaille pas les étapes intermédiaires impliquées dans le changement du cerveau lors d'exercices physiques réguliers. Elle n'explique pas non plus comment l'activité modifie le cerveau, bien que le professeur Smith pense qu'une augmentation soudaine de certains neurotransmetteurs et d'autres substances biochimiques après l'entraînement doit jouer un rôle.

Slate.fr

Newsletters

Le mouvement antivax est loin d'être le seul responsable des épidémies de rougeole

Le mouvement antivax est loin d'être le seul responsable des épidémies de rougeole

Notre trop grande focalisation sur le sujet nuit à la santé publique.

Pourquoi le désespoir climatique doit nous conduire à l'action

Pourquoi le désespoir climatique doit nous conduire à l'action

La planète va mal, on le sait et cela nous déprime. Mais au lieu de ne rien faire, agissons.

Aux États-Unis, le tabagisme passif sévit encore au travail

Aux États-Unis, le tabagisme passif sévit encore au travail

Près de 20% des personnes actives qui ne fument pas seraient exposées à ce fléau sanitaire.

Newsletters