Monde

L'Avandia est dangereux mais toujours commercialisé

Temps de lecture : 2 min


Le New York Times s'est procuré des rapports gouvernementaux américains confidentiels potentiellement explosifs, dont les conclusions sont que si tous les diabétiques qui prennent actuellement de l'Avandia prenaient de l'Actos à la place, 500 infarctus et 300 défaillance cardiaques seraient évités chaque mois.

Un des rapports, rédigés par des responsables de la Food and Drug Administration (FDA), conclut que le médicament, qui est produit par le laboratoire GlaxoSmithKline, devrait purement et simplement être retiré du marché. Le médicament fait débat depuis des années, et des experts avaient déjà pointé le risque cardiaque présenté par l'Avandia en 1999.

Les ventes du médicament ont plongé après une étude de 2007 qui concluait que l'Avandia était néfaste pour le coeur, mais il est encore sur le marché et des centaines de milliers de malades le prennent encore. Une enquête bipartisanne du Sénat lancée il y a plusieurs années doit rendre son rapport lundi 22 février, qui devrait pointer du doigt l'attitude de GlaxoSmithKline, qui n'a pas mis en garde les patients contre les conséquences potentiellement dangereuses d'Avadia pour la santé.

Suite aux controverses, la FDA a demandé au laboratoire de conduire de nouveaux tests. Des patients sont en train d'être recrutés, mais certains responsables de la FDA ont mis en garde contre une étude qui serait elle-même «contraire à la déontologie et abusive», car les volontaires devraient prendre de l'Avandia alors qu'il existe des alternatives plus sûres.

Ces inquiétudes ont été ignorées, un signe pour certains que la FDA doit être restructurée pour donner plus de pouvoir aux responsables de la sécurité au sein de l'agence.

[Lire l'article complet sur nytimes.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: CC FLickr/Erix!

Slate.fr

Newsletters

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

La guerre Iran-Israël n'aura pas lieu (du moins pas tout de suite)

La guerre Iran-Israël n'aura pas lieu (du moins pas tout de suite)

Si l’escalade militaire entre Téhéran et Tel-Aviv sur le théâtre syrien est inédite, les enjeux géopolitiques dans la région réduisent les risques de dérapage en guerre ouverte.

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Newsletters