Santé / Tech & internet

Ne suivez surtout pas les conseils lus sur Instagram pour perdre du poids

Temps de lecture : 2 min

Les internautes qui les ont écrits n'y connaissent rien en nutrition.

Les conseils des influenceur·euses ne sont pas toujours synonymes d'une alimentation saine. | Brooke Lark via Unsplash
Les conseils des influenceur·euses ne sont pas toujours synonymes d'une alimentation saine. | Brooke Lark via Unsplash

Si vous suivez des comptes Instagram consacrés à l'alimentation ou à la perte de poids, méfiez-vous de leurs conseils et recommandations. D'après une étude écossaise, dont les résultats seront présentés en intégralité lors de l'édition 2019 du Congrès européen sur l'obésité, la plupart des influenceur·euses food racontent n'importe quoi et diffusent des informations erronées sur la nutrition. Un manque de fiabilité qui peut nuire à la santé des internautes fidèles à ces publications.

«Nous avons constaté que la majorité des blogs ne pouvaient pas être considérés comme des sources crédibles d'information sur la gestion du poids, explique Christina Sabbagh, nutritionniste et directrice de l'étude. Ils présentent des opinions comme des faits, sans satisfaire aux critères nutritionnels du Royaume-Uni. C'est potentiellement nuisible, car ces blogs atteignent un très large public.»

Un article du Herald rapporte ainsi qu'une recherche rapide sur Instagram avec le hashtag #fitspiration fait apparaître des millions d'images. «Il s'agit notamment de gros plans d'abdominaux ultra définis, d'énormes biceps, d'images de transformation avant/après, et de personnes en tenue de gymnastique soulevant des poids», peut-on lire.

Le tout généralement accompagné de conseils alimentaires ou de photos de bols d'açaï, de salade de chou kale ou de taboulé de quinoa. Des mises en scène qui créent des attentes irréalistes, peuvent générer de nombreux complexes et ne sont pas toujours le gage d'une alimentation saine.

Une norme médicale pour évaluer les blogs de nutrition

Pour mesurer l'étendue des dégâts, Christina Sabbagh et ses collègues ont effectué une recherche en ligne exhaustive pour identifier les quatorze blogs les plus populaires sur la gestion du poids. Ces sites ont été sélectionnés sur la base de plus de 80.000 adeptes sur au moins un réseau social.

Elles ont ensuite établi un indice de fiabilité pour chacun des blogs, en jugeant notamment leur transparence, leur utilisation de plusieurs ressources et leur respect des critères nutritionnels validés par les instances de santé. Les dix dernières recettes proposées sur chaque blog ont également été analysées pour déterminer leur teneur en énergie, en glucides, en protéines, en gras, en graisses saturées, en fibres, en sucre et en sel.

Une fois ce travail mené, l'équipe de recherche a attribué un taux de fiabilité à chaque blogueur·euse. En dessous des 70%, le blog était considéré comme non sûr et divulguant des informations potentiellement dangereuses. Seul un blogueur, diplômé et inscrit comme nutritionniste auprès de l'Association britannique pour la nutrition, a réussi l'épreuve, avec un taux de 83%. Le reste des plateformes étudiées stagnaient sous les 70%, la dernière de la liste ne dépassant même pas les 25%.

Une réalité inquiétante pour Christina Sabbagh, qui s'alarme de l'influence de ces publications sur un public parfois très jeune et de l'incidence que ces fausses informations nutritionnelles pourraient avoir sur la santé publique. «Actuellement, il n'existe aucune norme pour évaluer la crédibilité des blogs d'influenceurs, regrette-t-elle. Compte tenu de la popularité et de l'impact des médias sociaux, tous les prescripteurs devraient être tenus de répondre à des critères reconnus scientifiquement ou médicalement pour avoir l'autorisation de fournir des conseils en ligne sur la gestion du poids.»

Slate.fr

Newsletters

Une étudiante anglaise est devenue aveugle après avoir nagé en Méditerranée

Une étudiante anglaise est devenue aveugle après avoir nagé en Méditerranée

Elle a développé une infection oculaire en nageant avec ses lentilles de contact.

Les autorités doivent recommander l'ombrelle pour se protéger du soleil

Les autorités doivent recommander l'ombrelle pour se protéger du soleil

Foin des crèmes solaires, casquettes et autres protections limitées: pour se protéger des UV, cet objet oublié est la panacée.

Le monde n'est pas prêt à faire face à une pandémie

Le monde n'est pas prêt à faire face à une pandémie

Selon le Global Preparedness Monitoring Board, entre cinquante et quatre-vingts millions de personnes pourraient mourir en cas d'épidémie dévastatrice.

Newsletters