Société / Économie

Des produits d'entretien en comprimés pour réduire les déchets plastiques

Temps de lecture : 2 min

L'industrie des soins ménagers et des produits d’hygiène corporelle représente une production moyenne de 8,9 millions de tonnes de plastique par an.

L'industrie mondiale des plastiques contribuera à 15% des émissions totales de gaz à effet de serre d'ici 2050. | Mimzy via Pixabay
L'industrie mondiale des plastiques contribuera à 15% des émissions totales de gaz à effet de serre d'ici 2050. | Mimzy via Pixabay

Dans la lutte contre les déchets plastiques, l’industrie des produits ménagers vit une petite révolution. La société américaine Blueland vient de mettre en vente un kit d’entretien dont les produits sont envoyés à la clientèle sous forme de petits comprimés à mélanger avec de l'eau à la maison, comme un cachet d’aspirine.

Le recours à des tablettes, déjà utilisées par des marques d’entretien comme Dazz et Bottle Bright, permet de réduire la production de contenants en plastique à usage unique, ici remplacés par des bouteilles en acrylique réutilisables à vie. Pour cela, les marques se sont décidées à éliminer l’un des ingrédients principaux des produits ménagers: l’eau.

«Nous expédions essentiellement de l'eau partout dans le pays», explique à Fast Company Heather Kauffman, directrice de Full Circle, une entreprise qui commercialise des outils ménagers durables comme des brosses à vaisselle ou des éponges. «L’eau est quelque chose que nous avons tous à portée de main à la maison. Si vous pensez aux émissions de carbone nécessaires pour expédier des bouteilles remplies en grande partie d'eau, du fabricant au détaillant, puis à la maison du consommateur, cela s'additionne rapidement.»

Shampoings solide et vente en vrac

Selon une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Nature, au rythme actuel de production, l'industrie mondiale des plastiques contribuera à hauteur de 15% des émissions totales de gaz à effet de serre d'ici 2050. D’après l’organisme Euromonitor, le secteur des soins ménagers et des produits d’hygiène corporelle représente en moyenne 8,9 millions de tonnes de plastique produites par an. Seul un faible pourcentage est recyclé, la grande majorité finissant généralement dans l’océan.

En solidifiant les agents nettoyants et antibactériens des produits ménagers, les marques supriment ainsi les contenants en plastique, sans pour autant diminuer l'efficacité de leurs formules. «Beaucoup de gens pensent que les produits durables sur le marché seront plus contraignants, plus coûteux et beaucoup moins efficaces», explique Sarah Paiji, fondatrice de Blueland, pour qui les produits ménagers en comprimés appartiennent à la même veine que les doses de lessive solides ou les tablettes pour lave-vaisselle. «Notre objectif est de dissiper toutes ces idées en concevant des produits qui sont réellement plus faciles à utiliser, moins chers et plus efficaces. Quand vous mettez un nouveau comprimé dans la bouteille, vous n'avez même pas besoin de l'agiter, il se dissout tout seul.»

Une nouvelle manière de consommer qui s’inscrit dans la mouvance du zéro déchet, que l’on observe également avec le succès de la vente en vrac dans les supermarchés ou des produits solides, comme les shampoings, dentifrices ou déodorants en barres. La plateforme américaine Loop propose quant à elle de vous envoyer des produits de marque, comme des gels douche Dove ou des glaces Häagen Dazs dans des emballages durables, puis de récupérer chez vous les contenants vides pour ensuite les nettoyer et les réutiliser.

Slate.fr

Newsletters

Dernier jugement

Dernier jugement

«Nous avons arrêté d'habiter ensemble car il se sentait emprisonné»

«Nous avons arrêté d'habiter ensemble car il se sentait emprisonné»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Anna, une jeune femme dont le compagnon refuse toute forme d'engagement et a décrété qu'il ne voulait plus vivre avec elle.

La façon de mener un sondage sur le réchauffement climatique influence les réponses

La façon de mener un sondage sur le réchauffement climatique influence les réponses

C'est ce que démontre une étude américaine.

Newsletters