Culture

Les nègres littéraires sortent de l'ombre

Temps de lecture : 2 min

Longtemps —toujours— les nègres littéraires ont vécu dans l'ombre de ceux dont ils racontaient la vie. Et qui signaient à leur place. C'est en train de changer, explique L'Express.

Les nègres sont devenus des métisses: un peu dans l'ombre, puisque ce n'est ni leur vie qui est racontée, ni leur nom qui apparaît en gros sur la couverture. Mais un peu plus dans la lumière tout de même, puisque pour ne pas être écrit en majuscules, leur nom apparaît néanmoins: Jean-François Kervéan pour Loana, Lionel Duroy pour Nana Mouskouri, ou Jean-Luc Barré pour Jacques Chirac.

Comment ils se choisissent, s'entendent, travaillent ensemble? «Question d'alchimie. "A Loana, j'ai parlé de son chien et de sa mère, cela lui a plu", explique Kervéan, qui a également coécrit L'Ame seule (Fayard), d'Hervé Villard, ou Mais qu'est-ce qu'on va faire de toi ? (Robert Laffont), de Michel Drucker.» Il s'agit de savoir recueillir les confessions, les sujets que les stars veulent éviter, de créer une complicité qui permettra de fondre le «je» du nègre (ou du métis) et celui du sujet réel. Pour écrire Capitaine Desailly, Philippe Broussard (rédacteur en chef à L'Express) a suivi Marcel Desailly jusqu'au Ghana. «Un soir, après un match, nous sommes allés dans une boîte branchée et, en sortant, à 4 heures du matin, Marcel nous a acheté des McDo, que nous sommes allés déguster dans sa BMW, seuls, face à Buckingham Palace. Ce sont ces moments-là qui forgent la confiance nécessaire à un livre à quatre mains.»

[Lire l'article complet sur L'Express.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: CC Flickr /Erix!

 

Newsletters

«Ça me rappelle Woodstock»: mais qui sont ces vieux que vous croisez en festival électro?

«Ça me rappelle Woodstock»: mais qui sont ces vieux que vous croisez en festival électro?

Pourquoi ne pourrions-nous pas faire la fête jusqu'à la fin de notre vie? Si la musique électronique est victime d'un sacré paquet de clichés, les plus de 65 ans aussi.

Quatre lumières tamisées pour le début de l'automne

Quatre lumières tamisées pour le début de l'automne

«La Voix d'Aïda» de Jasmila Žbanić, «Tout s'est bien passé» de François Ozon, «La Troisième Guerre» de Giovanni Aloi et «Stillwater» de Tom McCarthy attirent l'attention parmi les pléthoriques sorties de la semaine.

De quelles personnes réelles Proust s'est-il inspiré pour écrire «La Recherche»?

De quelles personnes réelles Proust s'est-il inspiré pour écrire «La Recherche»?

La publication d'inédits est l'occasion de revenir sur les origines du chef-d'œuvre de Marcel Proust et la transposition fictionnelle de son entourage.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio