Santé

«Je me demande si son ex existe vraiment»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille S., en couple avec un homme refusant de parler de la femme avec qui il dit être resté neuf ans.

«Personne ne l'a vue ou entendue, que ce soit au téléphone, en photo ou en vrai.» | Justin Block via Flickr
«Personne ne l'a vue ou entendue, que ce soit au téléphone, en photo ou en vrai.» | Justin Block via Flickr

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Je suis en couple avec A. depuis maintenant dix mois. Il est plus âgé que moi, de onze ans. Avant de me mettre en couple avec lui, je sortais d'une relation très –trop– fusionnelle avec mon ex, avec qui je suis restée plus de quatre ans.

Je souhaitais alors retrouver une relation un peu moins passionnelle et donc moins douloureuse, plus stable et sérieuse avec un homme. J'ai trouvé cet équilibre avec A. C'est un homme doux, gentil, avenant, intelligent. Il a plein de qualités pour me rendre heureuse.

On parle de projets sérieux, comme le mariage, les enfants. Mais dans cette relation où tout semble parfait, je ne suis pas encore pleinement amoureuse et à fond, et ceci s'explique par le fait que je doute beaucoup au sujet de A.

Pour commencer, il n'a pas d'amis. Ça pourrait ne pas me poser de problème, mais il n'y a personne d'autre que sa famille pour me raconter des histoires ou des souvenirs avec A. Je ne le connais qu'à travers ses propres anecdotes.

Un jour, j'ai évoqué le sujet de son ex, avec qui il est resté neuf ans; ils ont vécu ensemble tout ce temps. Il ne l'avait jamais présentée à sa famille parce que selon lui, elle ne le souhaitait pas et que lui n'avait jamais vu la sienne. Elle avait dix ans de plus que lui. Ils ont voyagé tous les deux, passé énormément de temps ensemble, mais il n'a aucun souvenir d'elle. Pas une photo, pas un contact, rien. Je trouve cela troublant.

Je sais également qu'elle a été la cause de nombreuses disputes avec ses proches. A. n'avait pas été invité pendant un temps aux grands événements de sa propre famille, notamment le mariage de sa sœur, parce que ses proches ne comprenaient pas pourquoi il restait si secret sur sa relation avec cette femme.

Personne ne l'a vue ou entendue, que ce soit au téléphone, en photo ou en vrai. Il m'a dit que c'était une femme manipulatrice et qu'il avait été malheureux avec elle. Dans ce cas, pourquoi être resté si longtemps dans cette relation?

Je ne sais pas trop quoi penser de tout cela. J'ai peur que tout cela soit un vaste mensonge, parce que lorsque nous nous sommes mis ensemble, il n'a pas tardé à me présenter à ses parents –j'étais la première de toutes ses relations à aller chez eux. Et il s'est senti très à l'aise lorsque je l'ai présenté aux miens.

J'aimerais lui dire que je ne suis pas sereine à ce sujet. Parfois, je me demande même si cette femme existe vraiment. Comment aborder la question avec lui?

S.

Chère S.,

Parce que j'estime que notre passé nous appartient, je vous dirais que l'existence ou non de cette femme n'a pas d'importance. Je ne demande pas à mes partenaires de fournir l'intégralité des récits de leurs histoires antérieures et j'estime ne pas leur devoir cela non plus. C'est une question de respect.

Tout ce que ces personnes ont à savoir, et tout ce que j'ai à savoir, c'est qu'au moment de notre rencontre, nous sommes ce que nous sommes, c'est-à-dire un mélange de toute notre vie, notre enfance, notre famille, nos peines de cœur et nos joies, nos histoires courtes ou longues. Les détails, la chimie de tout ça, elle ne regarde, pour moi, que celle ou celui qui vit avec.

Alors oui, je crois aussi à l'honnêteté, au dialogue et au partage. Mais je ne prends que les informations que l'on me donne. Les zones d'ombre et les incohérences, elles ne me donnent pas envie d'enquêter. Je prends l'autre personne avec ce qu'elle est au présent.

Je comprends que cela vous interpelle. À l'écrit, comme ça, ces éléments réveillent mon côté Fantômette et je me dis: «Oui, c'est sûr, elle a raison, il y a anguille sous roche.» Mais la probabilité est grande pour que cette histoire soit juste une source de souffrance pour votre compagnon, que cette femme existe ou non. Quelle que soit la vérité, c'est juste qu'il n'a peut-être pas encore fait suffisamment de chemin pour aborder le sujet sereinement avec vous.

Je crois qu'il faut accepter que cette histoire, réelle ou inventée, est quelque chose qui ne vous concerne pas. C'est un mystère, c'est sûr. Mais c'est surtout une blessure. Parfois, on a juste besoin de panser ses plaies en solitaire, pas à deux.

Il ne faut pas que cette histoire vous serve de catalyseur. Si vous n'arrivez pas à vous projeter, si vous n'aimez pas vraiment –pas assez, en tout cas– pour construire un avenir avec cet homme, il ne faut pas vous servir de cette faille-là pour justifier vos réticences. Si vous avez quelque chose à lui dire, et si c'est bien ce que vous pensez, c'est que vous n'êtes pas prête à vous engager avec lui.

Dans le film Méprise multiple, le réalisateur Kevin Smith évoque ce délicat problème du passé de la personne aimée. À travers le personnage de Silent Bob, qu'il a créé et qu'il incarne, il raconte l'histoire d'un type qui a repoussé l'amour de sa vie pour une histoire d'ex, et qui le regrette amèrement depuis.

C'est à cet extrait de film que je pense toujours quand on me parle de l'importance de tout savoir de sa ou son partenaire. Le passé ne nous regarde pas; se focaliser dessus, c'est un manque de confiance: voilà ce que ce film m'a appris.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

Un médicament pour décaler ses règles existe, mais pas en France

Un médicament pour décaler ses règles existe, mais pas en France

Les laboratoires pharmaceutiques estiment qu'il n'est pas assez rentable.

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

L'organe n'est pas la barrière infranchissable que l'on croyait.

«Je vais souvent voir son profil pour revoir son visage»

«Je vais souvent voir son profil pour revoir son visage»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Nora, une jeune femme heureuse en ménage dont l'ex vient de se manifester via les réseaux sociaux.

Newsletters