Égalités / Parents & enfants

Chez les moins de 18 ans aussi, les féminicides font rage

Temps de lecture : 2 min

Même chez les 11-18 ans, les femmes sont bien plus tuées par leur partenaire ou par leur ex que l'inverse.

Someone I'll never know | Alyssa L. Miller via Flickr CC License by
Someone I'll never know | Alyssa L. Miller via Flickr CC License by

Il n'y a donc nul besoin d'attendre l'âge adulte: chez les moins de 18 ans aussi, dans l'immense majorité des dossiers de meurtre où des ados sont victimes d'un meurtre commis par leur partenaire ou ex-partenaire, les victimes en question sont des filles (et les coupables des garçons). Cela représente environ 90% des situations, rapporte un article publié par le site Newsweek, qui relaie une étude menée dans 32 États des États-Unis.

Une équipe de recherche spécialisée dans les morts violentes a étudié 2188 cas de meurtres d'ados (11 à 18 ans), sur une période allant de 2003 à 2016. Dans 6,9% des cas, les homicides ont été commis par le petit ami ou la petite amie de la victime, ou par une personne l'ayant été par le passé. 135 des 150 victimes de ce genre de meurtre étaient des jeunes femmes, ce qui représente 90% des cas. Et dans 88,9% des dossiers, les auteurs étaient des jeunes hommes.

Newsweek explique aussi que l'âge moyen des victimes (16 ans) est extrêmement différent de celui des coupables (20,6 ans), avec une différence moyenne de 3,9 ans. Dans 78% des cas, l'auteur du meurtre était âgé de plus de 18 ans au moment des faits. Dans 62,7% des cas, les deux personnes étaient officiellement encore en couple au moment du meurtre, ce qui signifie que dans 37,3% des cas, c'est un ex qui a commis ce crime.

L'équipe d'enquête a aussi catégorisé le type de mobile invoqué dans chaque affaire. Dans 27,3% des cas, c'est parce que la victime voulait se séparer de son tueur. Dans 24,7% des cas, le meurtre a été commis suite à une dispute. Un désaccord sur une grossesse ou l'usage imprudent d'une arme à feu font aussi partie des causes citées à de multiples reprises.

La violence, si tôt

Pour aller plus loin, l'article rappelle des statistiques datant de 2011, et selon lesquelles 71,1% des jeunes femmes et 58,2% des jeunes hommes ont été victimes de violences domestiques avant l'âge de 25 ans. Ces chiffres sont de 23,2% et 14,1% avant 18 ans. D'après une autre étude publiée en 2016, 60% des ados étaient en train de vivre ou venaient de vivre une relation incluant des violences physiques, psychologiques ou sexuelles.

La violence et la mort ne sont hélas pas réservées aux adultes, et les mêmes recommandations s'appliquent si vous détectez une situation de ce type chez des ados que vous connaissez. On rappelle qu'il est très délicat de conseiller à la victime de quitter son ou sa partenaire, la rupture constituant très souvent un déclencheur de nouvelles violences, et que les premières phrases à prononcer peuvent être les suivantes: «tu es courageuse», «je te crois», «tu n'y es pour rien», «c'est lui le coupable», «il n'avait pas le droit». Rappelons aussi que le 3919 est le numéro national de référence d'écoute téléphonique et d'orientation à destination des femmes victimes de violences.

Slate.fr

Newsletters

Aux États-Unis, 60% des managers hommes ont peur de travailler avec des femmes

Aux États-Unis, 60% des managers hommes ont peur de travailler avec des femmes

Depuis #MeToo, de plus en plus d'hommes révèlent être inquiets et méfiants lorsqu'ils sont amenés à interagir avec des collègues féminines.

La critique ciné, un milieu toujours verrouillé par les hommes

La critique ciné, un milieu toujours verrouillé par les hommes

Les journalistes femmes doivent composer avec le sexisme polymorphe d'un monde encore majoritairement masculin, qui ne leur fait pas de cadeau.

«Que Sea Ley», quand l'Argentine se révolte pour accéder à l'IVG

«Que Sea Ley», quand l'Argentine se révolte pour accéder à l'IVG

Présenté à Cannes, le documentaire argentin explique en quoi interdire l'interruption volontaire de grossesse revient à piétiner la dignité des femmes. Et à les mettre en danger.

Newsletters