Santé / Société

Pourquoi la puberté apparaît de plus en plus tôt chez les filles

Temps de lecture : 2 min

L’âge du développement des seins a clairement baissé, tout comme celui de l’apparition des premières règles.

En quelques décennies, l'âge moyen du développement des seins a baissé d'en moyenne deux ans. | Cristina Gottardi via Unsplash
En quelques décennies, l'âge moyen du développement des seins a baissé d'en moyenne deux ans. | Cristina Gottardi via Unsplash

En cent ans, l’âge des premières règles est passé de 14 à 12 ans. Un phénomène préoccupant particulièrement observé aux États-Unis, comme le relève un article de la journaliste Virginia Sole-Smith pour Scientific American.

On y découvre l'histoire de Josie, petite fille de 8 ans dont les premières règles et la poitrine sont apparues quand elle avait 7 ans. «Une expérience traumatisante pour elle comme pour moi», confie Magen, la mère de l'enfant.

Car en plus de règles précoces, certaines petites filles développent une poitrine de plus en plus tôt. Selon Frank Biro, chercheur travaillant sur les problèmes liés à la maturation pubertaire au Centre médical de l'hôpital pour enfants de Cincinnati, «nous assistons aujourd'hui à un développement des seins dix-huit mois ou deux ans plus tôt qu'il y a quelques décennies».

L’âge moyen du développement des seins s'établit désormais à 8,8 ans pour les filles afro-américaines, 9,3 ans pour les hispaniques, 9,7 ans pour les caucasiennes et 9,7 ans pour les Américaines d'origine asiatique. «L’âge du développement des seins a clairement baissé, tout comme celui de l’apparition des premières règles. Deux indicateurs préoccupants», commente le chercheur.

La faute aux perturbateurs endocriniens

L'explication la plus probable pour expliquer la survenue plus précoce des règles et du développement de la poitrine est à chercher du côté du poids des petites filles. Depuis une génération, le pourcentage plus élevé de graisse corporelle dans leurs organismes entraîne une activation précoce de la glande pituitaire, qui produit les hormones responsables de la puberté.

«Ce qu'il faut se demander, c'est pourquoi l'IMC a augmenté, s'interroge Frank Biro. La diminution de l'activité physique et une alimentation plus calorique font probablement partie du casse-tête. Mais je pense que les produits chimiques qui perturbent notre système endocrinien, auxquels nous sommes quotidiennement exposés, est un autre élément crucial.»

Des produits comme les phtalates ou le bisphénol A auraient une influence sur la manière dont les cellules et l'organisme régulent le métabolisme des petites filles, ce qui affecte ensuite la production d'œstrogènes.

«Le stress peut aussi modifier votre taux d'œstrogènes», précise Frank Biro, qui recueille actuellement des données montrant que les filles qui commencent tôt leur puberté subissent une plus longue «fenêtre de susceptibilité», c'est-à-dire une période où l’organisme est plus sensible aux perturbateurs endocriniens.

Le corps est alors particulièrement vulnérable aux expositions environnementales, qui peuvent avoir un impact sur la santé ultérieure des jeunes filles. «Nous savons par exemple qu'à chaque année gagnée avant l’apparition des premières règles, vous diminuez le risque de cancer du sein préménopausique et postménopausique de 4% à 8%», souligne Frank Biro.

Newsletters

L'obésité ne diminue pas au Royaume-Uni

L'obésité ne diminue pas au Royaume-Uni

Le bilan des politiques publiques en la matière n'est pas brillant.

Pendant que le Covid-19 progresse, d'autres maladies infectieuses régressent

Pendant que le Covid-19 progresse, d'autres maladies infectieuses régressent

La grippe notamment enregistre des taux extrêmement bas par rapport aux moyennes des dernières années.

La modernité a fait de nous une civilisation en proie à l'addiction

La modernité a fait de nous une civilisation en proie à l'addiction

[TRIBUNE] Il est temps de prendre conscience du déni qui creuse le puits sans fond de notre consommation effrénée.

Newsletters