Politique / Économie

Avec Locatio, le gouvernement va (encore) emmerder les plus pauvres

Temps de lecture : 6 min

Avec cette start-up présentée par Édouard Philippe comme «innovante», l'État veut restaurer la confiance entre locataires et propriétaires. Mais il existait déjà des dispositifs de garantie.

Trouver un logement, la croix et la bannière. | mastersenaiper via Pixabay
Trouver un logement, la croix et la bannière. | mastersenaiper via Pixabay

L’autre jour, notre Premier ministre a fait une visite totalement start-up nation.


Il y est allé de ses éléments de langage habituels tels que «solution innovante», alors que franchement une solution toute simple c’est aussi très bien. Il a enchaîné avec un petit tacle aux fonctionnaires velléitaires. (Je ne sais pas… parfois j’ai l’impression que derrière les costards bien propres les mecs sont en fait complètement kamikazes.)


Et puis, tiens, un exemple de start-up qui bosse pour l’État et qui a mis au point une solution innovante. (À ce stade, j’ai compris. Une solution innovante, c’est toujours une solution qui implique un écran. Si y a pas d’écran, c’est pas innovant.)



J’ai rarement été aussi près de m’étouffer avec ma propre salive.

Que la personne qui n'a jamais trafiqué son dossier me jette la première pierre

Qu’il y ait un grave problème de logements en France, particulièrement dans les grandes villes, on est bien d’accord. Que la priorité soit de débusquer les locataires qui maquillent leurs dossiers… mon Dieu… Disons-le tout net: je ne suis pas objective en la matière parce que j’ai grugé à propos de tous mes dossiers de location. Et je ne veux balancer personne mais je pense que je peux compter sur les doigts d’une main mes amis qui ne l’ont jamais fait. Étudiante, il s’agissait de s’inventer des parents riches. Même si ma mère se portait garante pour moi, son emploi dans la réinsertion des personnes qui étaient passées par la prison ne lui permettait pas d’afficher suffisamment de zéros sur sa fiche de paie alors mon ordinateur lui donnait un petit coup de pouce. Plus tard, il a fallu s’inventer un emploi fixe, en CDI, à temps complet, au-dessus du Smic, le truc qui n’existait nulle part autour de moi. En réalité, comme tout le monde, je cumulais. Pour moi, c’était emploi à temps partiel d’assistante d'éducation, factures d’auto-entrepreneuse et piges diverses. Je vous laisse imaginer la tête du dossier si je l’avais présenté tel qu'il était.

Je me demandais parfois comment les propriétaires pouvaient croire que si j’avais eu un CDI payé 2.300 euros nets je louerais 20 mètres carrés au fin fond du XIXe arrondissement avec une moquette marron et une cuisine-placard –le coin cuisine était littéralement dans un placard. Mais attention, je ne falsifiais pas mes dossiers pour obtenir un appartement dont je n’aurais pas pu payer le loyer. J’ai toujours réglé mes mensualités en temps et en heure. Je vais vous révéler un scoop: la plupart des gens sont prêts à ne manger que des pâtes pour pouvoir payer leur loyer.

Qui contrôle les abus des propriétaires?

Ce n’est pas nous qu’il faut contrôler. Ce sont les propriétaires qui exigent tout et n’importe quoi, limite s'il ne s'en trouve pas qui nous demandent de pisser sur un test de grossesse avant de daigner louer leur appart à 700 boules par mois. Tous les appartements que j’ai loués l’étaient officiellement en tant que meublés, alors qu’ils étaient vides, mais ça permettait aux proprios de payer moins d'impôts. Alors franchement, m'inventer un boulot de rêve, ça ne me posait pas le moindre problème.

Vous allez faire quoi des jeunes qui ne pourront pas se loger à cause de la puissance de vos algorithmes?

Ma seule véritable trouille, c’était de me faire prendre. J'avais peur parce que, dans le fond, j'avais un peu honte. Ce n'est pas si facile de présenter un dossier bidon. Ni de se dire qu'il doit exister des gens capables de présenter tout ça («ça» comprenant notamment des fiches de paie à hauteur de trois ou quatre loyers, avec des garants équivalents), sachant que nous, non. Qu'on n'a peut-être pas fait ce qu'il fallait, ou nos parents, on n'en sait rien. On ne sait pas où ça a merdé, mais ça a dû merder si à présent la norme c'est d'avoir à justifier de tels revenus pour obtenir un simple studio. Oui, ça a merdé, on a merdé, alors on est obligé de tricher. On se sent affreusement mal et on espère que personne ne se rendra compte qu'on est un peu merdique, parce qu'en vrai, au-delà de la honte, il y a cette simple réalité: il faut trouver un endroit où vivre.

Ce n’est pas nous le problème. Dans la mesure où, dans l’écrasante majorité des cas, nous payons ces loyers délirants, je ne nous considère même pas comme des personnes malhonnêtes. Le problème, c’est ce système qui nous oblige à le faire. Vous allez faire quoi des jeunes qui ne pourront pas se loger à cause de la puissance de vos algorithmes? Est-ce que vous y avez seulement songé une seconde? Où est-ce que j'aurais trouvé à dormir avec cette saloperie d'algorithme? Rien que d'y penser, j'ai le vertige.

Une solution qui risque de compliquer l'accès au logement

Ce site est une insulte. Un crachat à la gueule de toutes les personnes qui galèrent, des jeunes qui font des études et dont les parents ne gagnent pas 3.000 euros chacun par mois, des jeunes déjà dans la vie active qui bossent comme des malades pour une misère, des autres qui cumulent un boulot alimentaire et un stage à temps complet pour espérer s’en sortir d’ici la trentaine, des mères célibataires qui sont limitées à des boulots à temps partiel.

Avant d'emmerder les plus pauvres, que les politiques fassent quelque chose contre les loyers délirants dans les grandes villes.


Je déteste cette vidéo et ce jeune homme sûr de lui qui baragouine «zone tendue»et «confiance». Ce qu’on se fout de la confiance entre propriétaire et locataire quand on vit avec la trouille de ne pas trouver de logement! Tant qu’il n’y a pas suffisamment d'apparts, c’est la guerre inévitable et tous les moyens sont bons pour trouver un toit. Je comprends bien que des propriétaires aient besoin des revenus locatifs pour vivre. Mais il existe déjà des garanties, comme le visa pour le logement et l’emploi (Visale) ou les différentes garanties de loyers impayés. Qu’on invente d’autres dispositifs si on estime que ceux-là ne suffisent pas. Qu’on force des propriétaires à mettre en location leurs biens inoccupés. On peut aussi se demander pourquoi les gens ne parviennent plus à payer leur loyer…

Mais surtout, avant d'emmerder les plus pauvres, que les politiques fassent quelque chose contre les loyers délirants dans les grandes villes, contre les propriétaires et les agences immobilières abusives. Le décret d’application de la loi d’encadrement des loyers n’est toujours pas promulgué. En plus, il s’agit d’une simple expérimentation à titre volontaire. Alors très bien, expérimentons et dans trois ans, on verra où en est le marché locatif et là, si la situation s’est assainie et qu’on ne nous demande plus d’hypothéquer un rein pour louer une studette, on pourra envisager d’agir contre les personnes qu'on accuse de frauder. On ne peut pas systématiquement commencer par s’attaquer à la population qui galère. D'abord parce que c'est idiot, ça revient à confondre la cause avec la conséquence. Ensuite parce qu'à force, ces personnes en ont ras-le-bol.

Ce Locatio aura autant d’effet sur le marché immobilier que la suppression des bancs pour la lutte contre la grande pauvreté. Mais il est très efficace pour raviver chez les personnes démunies ce délicat sentiment de ne pas être à la hauteur.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Titiou Lecoq

Newsletters

Accord sur le Brexit, la cynique victoire de Boris Johnson

Accord sur le Brexit, la cynique victoire de Boris Johnson

Après cinq jours de négociations, Boris Johnson s'est enfin entendu avec l'Union européenne sur les conditions du Brexit. Cet accord conclu entre Londres et Bruxelles doit passer l'étape de la validation par la Chambre des communes,...

Brexit, un accord et après?

Brexit, un accord et après?

Le Parlement britannique doit désormais valider l'accord.

«La chute du Monstre», le livre qui fait trembler Marseille

«La chute du Monstre», le livre qui fait trembler Marseille

Philippe Pujol, prix Albert Londres en 2014, signe un réquisitoire implacable contre le système politique marseillais, à l'heure où Jean-Claude Gaudin s'apprête à céder son fauteuil de maire.

Newsletters