Monde

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Temps de lecture : 2 min

Sarah Sanders a avoué avoir inventé de fausses informations sur le limogeage de l'ancien directeur du FBI, James Comey.

Sarah Sanders en conférence de presse, le 11  mars 2019 | Saul Loeb / AFP
Sarah Sanders en conférence de presse, le 11 mars 2019 | Saul Loeb / AFP

Après la publication de la version expurgée du rapport Mueller sur l'enquête russe, plusieurs journalistes ont appelé à la démission de Sarah Sanders, la porte-parole de la Maison-Blanche.

Si son manque d'honnêteté envers la presse était déjà connu de tout le monde, le rapport du procureur spécial révèle que Sanders a admis qu'elle avait menti aux journalistes sur le limogeage de James Comey, l'ancien directeur du FBI. «Ma langue a fourché», s'est-elle justifiée lors d'entretiens avec le FBI dans le cadre de l'enquête russe.

Officiellement, le président Donald Trump a renvoyé Comey en mai 2017 pour avoir mal géré l'enquête sur les emails d'Hillary Clinton, et parce que les agents du FBI avaient soit-disant perdu confiance en lui. Mais le rapport Mueller a confirmé que c'est pour son manque de loyauté que Comey a été évincé, et notamment parce qu'il avait refusé de déclarer que Trump n'était pas personnellement visé dans le cadre de l'enquête russe.

Contrevérités répétées

Pendant ses conférences de presse après le limogeage de Comey, la porte-parole du président Sarah Sanders a inventé des conversations avec des agents du FBI mécontents pour aller dans le sens du récit de Trump. Le rapport Mueller précise que tout cela n'était «fondé sur rien». Lorsqu'un journaliste a fait remarquer à Sanders que la grande majorité des agents du FBI semblaient soutenir Comey, elle a répondu: «Écoutez, nous avons entendu de nombreux membres du FBI qui disent des choses très différentes.»

Le lendemain, d'autres journalistes ont réitéré la question, et elle a déclaré: «Je ne peux parler que de mon expérience personnelle. De nombreux membres du FBI m'ont dit qu'ils appréciaient la décision du président. [...] J'ai parlé avec de nombreux individus, et je ne connais pas tant de gens que ça au FBI.»

Un autre reporter sceptique l'a relancée sur le nombre de témoignages, et a demandé si c'était plutôt cinquante, soixante ou soixante-dix agents du FBI qui avaient dit soutenir le limogeage de Comey. Sa réponse fut la suivante: «On ne va pas jouer au jeu des chiffres. De nombreux individus qui travaillent au FBI ont dit qu'ils étaient contents de la décision du président. Je ne sais pas quoi dire d'autre.»

Dans le cadre de l'enquête de Robert Mueller, Sanders a décidé de ne plus mentir et a avoué qu'elle avait dit tout ça «dans le feu de l'action», mais que ce n'était pas vrai.

Depuis, la vidéo de ses interventions mensongères circule à nouveau sur Twitter.

Newsletters

Un mystérieux monolithe californien détruit par des jeunes d'extrême droite

Un mystérieux monolithe californien détruit par des jeunes d'extrême droite

Après l'avoir saccagé, les individus ont remplacé l'obélisque par une croix en bois.

Le Royaume-Uni, premier pays européen à interdire l'exportation d'animaux vivants

Le Royaume-Uni, premier pays européen à interdire l'exportation d'animaux vivants

La nouvelle loi permettra aux Britanniques de s'affirmer en tant que leaders mondiaux en matière de bien-être animal.

Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix ou chef de guerre en Éthiopie?

Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix ou chef de guerre en Éthiopie?

Le Premier ministre éthiopien, prix Nobel de la paix en 2019, mène aujourd'hui une opération militaire contre le Front de libération du peuple du Tigré, un mouvement sécessionniste du nord du pays.

Newsletters